Balade dans le givre au Val-de-Travers

Balades

neuchâtel, Fleurier

Balade dans le givre au Val-de-Travers

Situé au pied de majestueux escarpements, Fleurier est le point de départ de la randonnée dite du Chapeau-de-Napoléon. Belvédère saisissant, vastes paysages et sites bucoliques sont au rendez-vous.

Le froid est mordant lorsque nous abordons les lacets du sentier menant de Fleurier au Chapeau-de-Napoléon. Un dénivelé de 200 mètres qui suffit à chauffer les muscles avant d’emprunter un chemin de crête que l’on sait enneigé. Un coup d’œil permet d’apprécier la longue enfilade du Val-de-Travers depuis le belvédère, avant de s’engager dans la forêt de Sassel enrubannée de givre. Recouvrant les pâturages de cette crête du Jura, une crachée de neige, durcie par le gel, nous surprend. Si la progression est facile pour le marcheur, quelques chamois sont contraints de gratter le sol pour atteindre une maigre nourriture. Après avoir dépassé les alpages de Chez-le-Banderet et de Juvet, nous regagnons la vallée. Peu avant Saint-Sulpice, la source de l’Areuse nous rappelle que son charme a aussi séduit un certain Jean-Jacques Rousseau, lors de ses trois années d’exil à Môtiers.

étapes

1. Fleurier

Avec des terres marécageuses et de piètre qualité, le Val-de-Travers a eu un développement agricole restreint. C’est seulement au XIXe siècle que le village connut un véritable boom économique, notamment avec le développement de l’industrie horlogère, puis avec l’essor du tourisme. La population de Fleurier a quintuplé en l’espace de cent ans.

2. Le Rigi neuchâtelois

Culminant à 961 mètres, le Chapeau-de-Napoléon (appelé aussi le Rigi ­neuchâtelois) – sa forme rappelle
le couvre-chef de l’empereur – est un magnifique belvédère sur le Val-de-Travers. Atteignable par une petite route, le restaurant construit à son sommet en 1894 surplombe Fleurier et Saint-Sulpice.

3. La Crête de Sassel

C’est à une féerie hivernale que le randonneur a droit lorsqu’il chemine sur la crête de la forêt de Sassel en période de grand froid. Décorés de givre et sublimés par une brume légère transpercée par le soleil, les lieux se transforment en monde mystérieux d’où l’on ne serait pas surpris de voir surgir elfes et lutins.

4. Traces animales

La fine couche de neige trahit le passage d’une abondante faune locale. La trace en forme de Y du lièvre côtoie celle, zigzagante, du renard. Le sabot allongé
du chamois et celui, plus fin, du chevreuil longent les mêmes lisières. Quant à la succession de bonds d’un écureuil, elle raconte le récit de son vagabondage entre deux arbres.

5. L’Areuse

Au fond d’un cirque de parois calcaires parsemées d’éboulis pentus, l’Areuse fait une apparition silencieuse. La source de type dit vauclusien est une résurgence des eaux des plateaux du Jura neuchâtelois. Douze jours leur sont nécessaires pour traverser les différentes couches géologiques depuis la région des Verrières et du lac des Taillères à La Brévine.

Texte(s): Daniel Aubort
Photo(s): Daniel Aubort

infos pratiques

Y aller

En transports publics
Rejoindre la gare CFF de Neuchâtel, puis la station Fleurier par train régional  direction Buttes.
En voiture
Atteindre Fleurier par Yverdon, Sainte-Croix puis le col des Étroits ou à partir de Neuchâtel. Grand parking rue de la Place-d’Armes, au pied de la colline du Chapeau-de-­Napoléon.

Le parcours

Il traverse des paysages très variés, dont le belvédère du ­Chapeau-de-Napoléon et la source de l’Areuse. Circuit en boucle, de 11 km et 3 h 30 de marche effective pour un dénivelé de +/- 450 m. Carte OFT No 1163 Travers et No 1162 Les Verrières.

Se restaurer

Pizza’Fun, Grand-Rue 14, Fleurier. Plat du jour, pizzas artisanales, large choix de mets et petit déjeuner. Ouvert 7/7 jours. Tél. 032 861 44 00. Le restaurant du Chapeau-de-Napoléon ouvre en février. Tél. 032 861 16 62