vaud, Les Diablerets

Les Diablerets, rien que pour vos yeux

Par beau temps, le tracé qui relie le col du Pillon, frontière entre Vaud et Berne, à la combe d’Isenau permet de s’en mettre plein les mirettes. Une vue panoramique somptueuse à apprécier à pied ou en raquettes.

Masqués par le massif des Diablerets, les rayons du soleil n’atteignent pas encore les arbres lorsque l’on s’élance du col du Pillon en direction de la combe d’Isenau. On traverse la forêt en empruntant un chemin enneigé pour rejoindre le lac Retaud. La route du col
rapidement hors de vue, un silence magnifique s’installe. Aussi se croirait-on seul au monde. Et pourtant, des empreintes louvoient entre les troncs; chevreuils et lièvres sont passés par là, mais ils restent invisibles en pleine journée. On poursuit notre promenade et notre arrivée au plan d’eau d’altitude ne tarde plus. Une fois la dernière butte franchie, on savoure un panorama à 360 degrés.

Au pied de la Palette d’Isenau, le lac Retaud enneigé se fond dans le paysage alors que sur l’autre versant de la vallée, le sommet de l’Oldenhorn – que l’astre solaire commence à caresser – surplombe la formidable masse des Diablerets. À la traversée du vaste plateau des Moilles succède une brève montée jusqu’à Isenau. Face à nous, le sommet de la Cape au Moine trône au milieu d’un chapelet de crêtes si abruptes que l’or blanc n’y tient pas. Un royaume pour les bouquetins et les chamois. L’air est vivifiant. Que rêver de mieux?

étapes

Magnifique panorama

Dans le dernier virage avant le lac Retaud, une brèche dans la forêt joue les belvédères. L’endroit est parfait pour détailler ce massif des Diablerets tout proche, la haute cascade du Dar prise par le gel ou les petites silhouettes humaines qui s’aventurent sur une passerelle suspendue entre deux sommets à 3000 mètres d’altitude. Soulignée par le soleil, la neige soufflée des crêtes ajoute sa touche à la rudesse alpine.

Le lac Retaud

Véritable carte postale l’été avec son effet miroir sur la montagne, le lac Retaud gèle et se fait discret lorsqu’il se transforme en vaste cuvette immaculée durant l’hiver. Oasis de tranquillité lors de notre passage en ce jour de semaine, le site retrouve un regain d’activité pendant les week-ends, avec l’ouverture hivernale du restaurant installé sur ses berges. Autre avantage: depuis cet endroit, la vue sur les Alpes est tout simplement splendide.

Chamois et bouquetins

Pouvoir observer de grands ongulés fait partie des points d’intérêt de cette région. Chamois et bouquetins se tiennent régulièrement sur les crêtes rocheuses environnantes, notamment celles de la Palette d’Isenau qui surplombe Retaud et son lac. Le fort enneigement du mois de décembre rend cependant les animaux prudents face à ces pentes très avalancheuses et les cantonne sur les arêtes dénudées exposées au soleil.

Vénérable patrimoine

Les anciens savaient construire solide dans la région des Ormonts. La lourde masse de neige accumulée depuis des jours sur les toits des bâtisses de Retaud et du plateau des Moilles suffit pour s’en convaincre. Chalets de bois sombres percés de petites fenêtres à carreaux ou vieilles granges massives, ce patrimoine bâti résiste au temps comme aux rudes intempéries. À Vers-l’Église, le Musée des Ormonts retrace l’épopée de cette vallée riche de traditions.

Des cabines à l’arrêt

Datant de 1974, la télécabine d’Isenau
a été mise à l’arrêt en 2017. L’Office fédéral des transports, qui jugeait l’installation trop vétuste, avait formulé de nombreuses demandes d’adaptations. En 2020, la Société coopérative Diablerets-Isenau 360 a été créée pour redonner vie à ce secteur du domaine, tout ceci dans le respect d’un tourisme doux et durable. Un projet de nouvelle remontée mécanique est par ailleurs en cours.

Texte(s): Daniel Aubort
Photo(s): Daniel Aubort

infos pratiques

Y aller

En transports publics:

de la gare CFF d’Aigle, des bus permettent de rejoindre le col du Pillon, départ de la balade.

En voiture:

sortie Aigle sur l’autoroute Lausanne-Sion, puis suivre col du Pillon via le Sépey et les Diablerets.

Le parcours

Aller-retour sur une piste sans difficulté entre le col du Pillon et Isenau. De préférence en raquettes, mais aussi à pied, compter 2h15 de marche effective pour 8km et un dénivelé de plus ou moins 350m. En raquettes, une variante directe rejoint le col du Pillon à partir de Retaud. Carte de l’OFT au 1:25000 N°1265 les Mosses et 1285 Les Diablerets.

Se restaurer

Restaurant du lac Retaud: ouvert de jeudi à dimanche.

Restaurant du col du Pillon: ouvert le week-end.