fribourg, Echarlens

Balade étrange autour d’un lac à marée basse

À quelques kilomètres de Bulle (FR), la région d’Écharlens et les rives du lac de la Gruyère se prêtent à une flânerie d’autant plus insolite que le paysage lacustre se révèle particulier en ce début de printemps.

Laissant derrière nous la place du village d’Écharlens, muni d’un pique-nique faisant honneur aux spécialités de la Gruyère, nous prenons le chemin de Champotey. La petite côte qui y mène tient lieu de balcon sur la splendide chaîne enneigée des Préalpes fribourgeoises. À son pied, le lac de la Gruyère, qui est à son plus faible niveau, se donne des airs insolites de vaste plage à marée basse. En dessous de la ruine du château d’Éverdes, dont il ne reste qu’un pan de mur, un pont nous permet d’atteindre le château de Corbières. Juché en sentinelle sur l’autre rive, l’édifice a conservé une fière allure. De retour sur nos pas, nous empruntons un plaisant sentier riverain le long duquel des oiseaux mènent grand tapage. Une héronnière a certainement pris place dans cette canopée qui semble aussi intéresser des milans noirs tout juste de retour d’Afrique. Petite poche de nature sauvage entourée de cultures, la zone marécageuse d’Écharlens dissimule de nombreux plans d’eau inaccessibles. À l’abri du fouillis de la roselière, les oiseaux aquatiques se mettent à couvert à notre approche alors qu’une rumeur sourde parvient à nos oreilles. Bien que l’époque soit assez tardive, des grenouilles rousses paradent encore. Aller en Gruyère sans évoquer le mythique Moléson reviendrait à commettre un crime de lèse-majesté. Pas de crainte à avoir, il s’impose tout au long de cette balade.

étapes

Écharlens et ses deux églises
Le village s’est bien développé au cours de ces dernières années. Situé un peu à l’écart des grands axes, il est bâti sur un plateau jouissant d’une belle ouverture sur les Préalpes et le lac de la Gruyère. Ce bourg est très ancien. Sa première mention remonte à 855 sous le nom d’Escarlingus. La vénérable église de 1626 y côtoie de près l’église Notre-Dame-de-l’Assomption élevée en 1922.
Le sentier des Légendes
On suit partiellement ce parcours didactique qui chemine entre Écharlens et Vuippens. Des panneaux y évoquent l’histoire de cette Gruyère riche de contes et de personnages pittoresques. À l’exemple de Colin, qui, admirant le parfait reflet de la lune dans la fontaine de Lessoc où il menait boire Cocotte, s’écria, épouvanté: «Ô ciel, la lune n’est plus là, ma jument l’a avalée!»
Un delta saisonnier
Lac de retenue dont l’eau est utilisée pour la production d’électricité, celui de la Gruyère est à son plus faible niveau en ce début de printemps. Une baisse dictée à l’exploitant par l’apport prochain des eaux de fonte des neiges. Nous nous prenons à admirer ce relief aux formes abstraites donnant des allures d’éphémère delta à son fond sablonneux, sillonné de fugaces rivières.
Nature en effervescence
Floraisons multiples, vols légers de papillons comme le paon de jour (photo) et appels d’oiseaux en quête de partenaires, la nature est en plein renouveau. La rive boisée du lac est tapissée d’ail des ours et les abeilles s’affairent autour des chatons de saule. La récolte est bonne. Les corbeilles situées sur leurs pattes arrières sont déjà largement enrobées de pollen bien avant la mi-journée.
Des étangs millénaires

Un carottage mené dans le marais a permis d’établir l’évolution de la végétation des lieux sur plus de 10000 ans à partir de grains de pollen. Plus surprenante est cette couche de cendre piégée dans la tourbe, arrivée d’Allemagne lors d’une éruption volcanique vieille
de 12000 ans. Un cataclysme difficile à imaginer tant le verdoyant paysage gruérien respire la paix.

Texte(s): Daniel Aubort
Photo(s): Daniel Aubort/ Infographie Pascal Erard

infos pratiques

Y aller

En transports publics: service de bus entre la gare de Bulle et Écharlens (15 min). Arrêt au village.
En voiture: sortie Bulle. Suivre Riaz, puis Écharlens. Parking dans le village sur la grande place bordant la route cantonale.

Le parcours

Itinéraire en boucle sans difficulté, 1 h 45 de marche pour 6 km avec un dénivelé
de +/-200 m. Une variante consiste à suivre le lac sur un kilomètre supplémentaire, puis remonter sur Pra-Bozon et l’étang d’Écharlens (8 km). Se renseigner au préalable sur l’accès à la forêt d’Éverdes, des travaux forestiers sont prévus. Carte de l’OFT au 1:25000 No 1225 Gruyères

Se restaurer

Prendre un pique-nique ou possibilité de l’acheter à la fromagerie d’Écharlens.

Se renseigner

Site communal d’Écharlens: www.echarlens.ch