neuchâtel, Vaumarcus

Balade dans l’écrin du littoral neuchâtelois 

Du cadre enchanteur d’un ruisseau aux bucoliques bourgs de Fresens ou Montalchez, en passant par des menhirs qui côtoient un château, la commune de la Grande Béroche (NE) recèle bien des trésors.

Impossible de manquer le château de Vaumarcus, dominant le paysage lacustre de sa haute stature, alors que l’on découvre dans un même temps le village qui s’étale à son pied. C’est par un sentier détourné que nous rejoignons le vénérable monument dont la terrasse offre une vue qui porte jusqu’aux Alpes. Puis, nous regagnons le ruisseau de la Vaux, petit canyon plein de charme et plongé ce jour-là dans un silence que rien ne semble pouvoir troubler. La rivière est asséchée sous la haute futaie, mais le site dégage un exotisme prenant grâce aux innombrables langues de cerf – fougères – aux feuilles d’un vert profond qui en tapissent les flancs. Ayant rejoint Fresens, puis Montalchez, deux bourgs fleuris parsemés de potagers opulents, nous prenons la direction du Devens. Dans un pré se dresse le témoignage d’un autre temps: un menhir taillé par l’homme il y a près de sept mille ans. À Gorgier –  Saint-Aubin, nous retrouvons les rives du lac de Neuchâtel, puis son port bordé d’une jolie plage. Une surprise nous attend encore sur le dernier tronçon qui rejoint Vaumarcus. La friche qu’occupe ce long terre-plein – il abrite un tunnel de l’autoroute – regorge d’une magnifique biodiversité. Une fort jolie manière de conclure cette boucle aux multiples attraits.

étapes

Le château de Vaumarcus
Insolite par son architecture toute de verticalité, le château de Vaumarcus en impose, perché sur un rocher surplombant le lac de Neuchâtel. Il a subi plusieurs transformations depuis sa construction qui remonterait à la fin du XIIIe siècle. Classé monument historique en 1978, c’est un domaine privé au sein duquel se tiennent des séminaires et des expositions. Sa terrasse ouverte sur le lac permet d’y prendre un café.
Le canyon de la Vaux
Quel délice de plonger à l’ombre des flancs boisés du petit canyon de la Vaux. La rivière est à sec à notre passage, si ce n’est quelques gouilles dont l’eau réfléchit la lumière du ciel. Pas un souffle d’air et des oiseaux qui se tiennent cois: l’atmosphère, ce jour-là, dans cette gorge encaissée est si confidentielle que l’on s’en voudrait de la troubler. À la sortie de la forêt, même le filet d’eau glissant sur le tuf renonce à murmurer. Fresens n’est qu’à deux pas.
Le menhir du Devens
Taillé par l’homme dans un bloc erratique de granit charrié par le glacier du Rhône, le menhir du Devens forme, avec 2 autres mégalithes proches, un mystérieux triangle sur les hauts de Saint-Aubin. Son façonnage et sa mise en place remonteraient au néolithique, soit cinq millénaires avant notre ère. Des ossements et poteries ont été retrouvés à son pied, en 1846, lors de travaux destinés à le remettre en position verticale.
Les rives du lac

La plage et le joli port de plaisance de Saint-Aubin font goûter aux plaisirs de l’été. On se prend d’ailleurs à envier ceux qui piquent une tête dans le lac par cette chaleur caniculaire. On optera pour l’ombrage d’une terrasse pour se désaltérer et apprécier une pause bienvenue après dix kilomètres à courir la campagne. Quelques centaines de mètres plus loin, le chemin reprend un peu de hauteur pour rejoindre Vaumarcus.

Friche papillonnante

Une biodiversité fort intéressante se trouve parfois aux endroits les plus improbables. La friche du terre-plein qui surplombe la route entre Saint-Aubin et Vaumarcus en est un parfait exemple. Aux lézards, libellules et autres menues bestioles s’ajoutent, ce jour-là, une vraie merveille: l’azuré porte-queue. Un papillon aux ailes dotées de fins filaments. Peu fréquente en Suisse, l’espèce est toutefois largement répandue à travers le monde.

Texte(s): Daniel Aubort
Photo(s): Daniel Aubort/ Infographie Pascal Erard

infos pratiques

Y aller

En transports publics: des gares CFF d’Yverdon-les-Bains et Neuchâtel, ligne de bus pour Vaumarcus ou Gorgier – Saint-Aubin.

En voiture: sortie No 4 Vaumarcus ou No 5 Saint-Aubin si vous arrivez de Neuchâtel, sur l’autoroute Yverdon-les-Bains – Neuchâtel. Parking aux ports des deux localités.

Le parcours

Facile et très varié, en boucle. Compter plus de 3 heures de marche pour
11,5 km et un dénivelé de +/- 360 m. Cartes de l’OFT au 1: 25000 Nos 1163 Travers et 1183 Grandson.

Se restaurer

Restaurant L’Optimist au port de Saint-Aubin. Ouvert tous les jours à la belle saison.
Tél. 032 835 37 38.

Au château de Vaumarcus, un café est ouvert au public.

Se renseigner