vaud, Carrouge

Balade dans «l’immense paysage» du Haut-Jorat

De Carrouge (VD), une randonnée de quelques kilomètres au départ de la maison de Gustave Roud nous emmène sur ses traces, au gré de chemins qu’il aimait à parcourir. Et où le poète est encore très présent.

Considéré comme un des plus grands noms de la poésie romande, Gustave Roud a vécu presque toute sa vie à Carrouge, jusqu’à sa mort en 1978. Celui qui fut aussi un photographe fécond, particulièrement inspiré par le corps masculin, trouvait ses sujets parmi les paysans de la région. Qu’il adorait interroger sans relâche au gré de longues promenades où il se laissait imprégner par ce qu’il appelait «l’immense paysage» du Haut-Jorat, au cœur de son œuvre écrite. Cette boucle, à explorer l’œil et l’esprit ouverts (et peut-être quelques textes de l’écrivain en poche), est l’un des deux parcours qui sont balisés au départ de la maison natale de Roud, selon des itinéraires calés sur ses balades habituelles. Celle que nous avons choisie, avec sa vue exceptionnelle sur le Haut-Jorat et les Alpes à l’horizon, offre à merveille cette «méditation lente, patiente, soutenue par le rythme de la marche ou suggérée par un paysage» à laquelle l’historien de la littérature Roger Francillon compare l’œuvre du poète vaudois. Et au passage de ces endroits maintes fois arpentés par Roud, elle nous réserve des rencontres qui en perpétuent la mémoire de façon très vivante.

étapes

À perte de vue
Du lieu-dit «La Croix», au point le plus élevé de notre balade, le regard porte jusqu’à l’horizon sur 360 degrés, glissant sur les collines, les champs et les villages pour s’envoler vers la ligne des Alpes. Un paysage «immense» qui habite en permanence la poésie de Gustave Roud, comme le mentionne l’extrait proposé par le prospectus de la balade – et qui peut se décrypter ici grâce à la table d’orientation judicieusement placée.
La Gottaz
Gustave Roud y rendait visite à son grand ami Olivier Cherpillod, qui lui a inspiré le personnage d’Aimé. Le petit-fils d’Olivier, Éric, vit toujours dans ce hameau avec sa famille; il gère un domaine de 70 hectares de grandes cultures et une cinquantaine de laitières dédiées au gruyère AOP. Les Cherpillod échangent volontiers quelques mots avec les promeneurs. «Au galetas, on a encore des cartons entiers de photos prises par Gustave Roud», raconte Éric.
La chapelle de Vucherens
Cette jolie chapelle construite en 1737 avec le tuf extrait de la carrière locale (exploitée jusqu’au début du XXe siècle) est aujourd’hui placée sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le poète, lui, profitait de son banc pour y rédiger quelques notes dans son carnet… Il faut dire qu’avec son arbre et le petit cimetière à quelques mètres (où est enterré Olivier Cherpillod), elle constitue en toute saison un ensemble pittoresque inspirant.
Les Laviaux
Aujourd’hui retraité, Louis Duc vit toujours aux Laviaux, un peu au-dessus de Vucherens, dans la ferme où il a travaillé toute sa vie. Lui aussi possède pléthore d’archives photographiques signées Gustave Roud – mais c’est lui-même, souvent, qui figure sur les images. Sur les murs du bâtiment, en revanche, les effigies de chouettes sont nombreuses. «Ce sont les armoiries de Vucherens, mais aussi celles de notre famille, originaire de Savoie», précise-t-il.
Le Carrouge

Cette balade sous un vaste ciel, entre des parcelles dont on ne voit ni le début ni la fin, nous ménage tout de même quelques centaines de mètres dans l’intimité du ruisseau, dont les méandres se dissimulent sous les frondaisons des chênes et autres feuillus qui s’y pressent. Un abri bienvenu lorsque le soleil tape dur sur le Haut-Jorat; en cette saison, la forêt résonne des toc! et des plouf! des glands tombant sur le chemin ou dans le ruisseau.

Texte(s): Blaise Guignard
Photo(s): Blaise Guignard/Infographie Pascal Erard

infos pratiques

Y aller

En transports publics: bus TL No 62 Lausanne-Moudon. En voiture: route de Berne, puis direction Mézières-Carrouge. Parking gratuit couvert devant l’administration communale.

Le parcours

Boucle sans difficulté de 6,9km sur chemins vicinaux et sentiers. Compter 2 heures en prenant son temps. Non accessible aux personnes à mobilité réduite.

Se restaurer

Carrouge: Boulangerie Duvoisin, route du Village 33. Café du Raisin,
tél. 021 903 11 51; Vucherens: Café des Trois-Suisses, tél. 021 903 10 24.

Se renseigner

Descriptif complet de l’itinéraire, tracé et extraits de textes à télécharger sur
www.gustave-roud.ch