AgroPrix 2021
Une tour de vie faite maison pour la biodiversité

À Hidlisrieden (LU), Urs Amrein propose des tours de bois favorisant la biodiversité, à construire lors d’activités de groupe.

Une tour de vie faite maison pour la biodiversité

Une tour de 3, 4 ou 5 mètres de haut destinée à fleurir, bourgeonner, pousser et être le refuge des oiseaux, des insectes et des batraciens: c’est en réfléchissant à une nouvelle manière de fournir les services écologiques incombant aux agriculteurs qu’Urs Amrein, agriculteur bouillonnant d’idées sur son domaine surplombant le lac de Sempach, a imaginé la Lebensturm – ou tour de vie.

Exploitant 11 hectares en production intégrée, le Lucernois y élève 28 vaches mères de la race grise rhétique, abattues sur place, au village de Hidlisrieden; 600 fruitiers hautes tiges complètent le décor – avec un système de parrainage des arbres qui rencontre un vif succès parmi les particuliers ravis de pouvoir récolter «leurs» fruits. La vente directe des produits du domaine au magasin de la ferme tient une large place dans le revenu de la famille; l’accueil de séminaires et la restauration (plus de 200 réservations enregistrées chaque année) constitue un autre volet essentiel des activités – et se prête parfaitement à la synergisation des différentes offres. Mais Urs Amrein souhaitait en faire encore plus pour concrétiser sa vision d’une agriculture durable et propice à renforcer le lien entre consommateurs et producteurs.

«La plus grande difficulté du projet a été de se lancer à l’eau en dépit du scepticisme affiché par de nombreux collègues», relève-t-il. Construites essentiellement en bois indigène et en matériaux naturels recyclés comme la brique, ces tours bien visibles sont à la fois un soutien actif à la biodiversité et un symbole efficace de l’engagement des paysans dans ce domaine. Avec une cinquantaine d’exemplaires vendus dans divers cantons – y compris en plein cœur de la ville de Zurich –, elles font un tabac outre-Sarine; le soutien de la Fondation Albert Koechlin, à but pédagogique, permet d’organiser une activité de groupe (entreprise, famille ou école) autour de leur construction. Et Urs Amrein est en passe d’en faire un élément non négligeable de son revenu. «Une fois décompté le coût en matériel, une tour permet de dégager un salaire horaire de 50 fr., souligne-t-il.

L’agriculteur, qui a pris l’avis de biologistes spécialisés pour peaufiner son concept, propose celui-ci en trois variantes de hauteur. «Pour accueillir les chauves-souris, par exemple, une tour de cinq mètres s’impose», souligne-t-il. Objectif: en vendre une vingtaine d’exemplaires chaque année – chaque construction faisant l’objet d’un événement collectif autour de la préservation de la biodiversité.

Chaque année, l’agroPrix, dont Terre&Nature est partenaire, récompense les projets agricoles les plus innovants de Suisse. Votez pour votre projet préféré ici.

Texte(s): Blaise Guignard
Photo(s): DR