Reportage outre-Sarine
Sur les alpages de l’Oberland bernois, de paisibles championnes en famille

Peter Küng élève une vingtaine de vaches mères simmentals dans le Diemtigtal, à deux pas du lac de Thoune. Avec des résultats exceptionnels dans le respect de la double contrainte du label et du bio.

Sur les alpages de l’Oberland bernois, de paisibles championnes en famille

Un peu à l’écart du village de Diemtigen (BE), la ferme de la famille Küng dresse sa silhouette caractéristique de la région, son potager foisonnant et ses balcons décorés de géraniums depuis plus de deux siècles. Peter Küng y représente la cinquième génération de sa famille à occuper les lieux. Mais ce dont il est vraiment fier, c’est que la ferme n’a jamais offert ses herbages qu’à de pures simmentals. Il en possède une vingtaine, pour la plupart nées au domaine de mères elles-mêmes issues de l’exploitation. Ce pionnier du bio dans le Diemtigtal, labellisé en 1996, s’est consacré à la production laitière jusqu’à l’an 2000. La baisse du prix du lait ainsi que des soucis de santé – «la traite est coûteuse en temps et en efforts», souligne-t-il – l’ont alors décidé à intégrer l’Association Vache mère Suisse tout en continuant parallèlement à produire et transformer du lait jusqu’en 2010. Depuis, il s’est consacré exclusivement à la production de viande.

Des résultats remarquables
Avec une vingtaine de vaches mères, son troupeau surpasse la taille moyenne dans la vallée, qui est plutôt de 10 à 12 bêtes. En hiver, elles restent dans la halle en stabulation libre qu’il a fait construire en 2011 à côté de la ferme. Mais en cette première quinzaine de juillet, elles estivent sur les vertes pentes de l’Oberland, réparties sur les deux alpes que le paysan possède en amont: mères et veaux femelles à Selbezenweid, vaches et mâles à Nüegg, un peu plus en altitude (voir l’encadré). Leur alimentation est presque exclusivement basée sur l’herbe et le foin locaux. «On a droit à 5% de fourrage bio; j’achète des granulés de maïs suisses, précise Peter. Mais la simmental est génétiquement adaptée pour tirer le meilleur parti de l’herbe, et elle est parfaitement accoutumée au climat d’ici.» La récolte des foins prend d’ailleurs fin ces jours sur ses 20 hectares de prés et de surfaces écologiques répartis dans la vallée. Ce régime convient visiblement bien à ses protégées: «L’an dernier, on a atteint un taux de croissance de 1647 grammes par veau et par jour, annonce-t-il, plutôt fier – d’autant qu’il se souvient avoir dû faire face au scepticisme de certains collègues non bios lorsqu’il s’est lancé dans l’aventure carnée. Mais les médailles obtenues aux expositions de Thoune ainsi qu’à Beef.ch (dont une édition a précisément eu lieu à Diemtigen en 2018) lui donnent aussi raison.

Kuno et ses triplés
Ces performances lui permettent d’abattre un veau mâle par mois, en partenariat avec un boucher du village de Reutigen: 125 kg (après 15 jours de maturation) qu’il vend directement à la ferme, à une clientèle privée composée en grande partie d’habitués. Elles sanctionnent aussi une sélection rigoureuse et continue de son cheptel, à même de maintenir et de renforcer les caractéristiques de la race. «L’allure est un critère essentiel à l’achat, mais on porte aussi une grande attention à la capacité des vaches de mettre bas sans aide. La simmental n’a plus très bonne réputation en la matière, mais on est parvenu à bien améliorer la situation et à revenir à ce qui était la norme autrefois», résume l’éleveur. Meilleure preuve de cette réussite, des taurillons triplés tètent goulûment leur mère à Nüegg, à deux pas de l’arrivée du télésiège charriant randonneurs et bikers. Peter lui-même l’emprunte parfois pour ses visites quotidiennes au petit clan qui s’y prélasse tranquillement. Histoire de vérifier que tout se passe bien et d’entretenir le c ontact, notamment avec le taureau Kuno, colosse au cœur tendre de 1200 kg qui surveille son harem et ses fistons avec une sollicitude affectueuse – reflet de celle de Peter, distribuant caresses et flatteries aux vaches venues l’accueillir. Et de fait, les problèmes sont rarissimes sur ces pâturages! Clôtures et panneaux informatifs y sont pour quelque chose; surtout, l’éleveur est attentif à y maintenir une atmosphère sereine.
«À qualités égales, je sélectionne toujours les taureaux les plus calmes et je veille à les acclimater avant de les laisser en troupeau. Si l’un d’eux a une mauvaise réaction avec moi, il sera abattu.» L’impeccable Kuno, lui, arrive sans faux pas au terme de son «contrat»; en août, septembre peut-être, il sera vendu. Son successeur est d’ores et déjà en phase d’acclimatation. En attendant, le futur retraité profite de son dernier été à Nüegg – et des visites de son patron.

+ D’infos Peter et Sabine Küng, Styg 7, 4754 Diemtigen, tél. 033 681 25 83

Texte(s): Blaise Guignard
Photo(s): Blaise Guignard

Un label pour une championne du monde

La simmental, c’est la reine des alpages de l’Oberland bernois! Son succès s’est étendu bien au-delà de la vallée de la Simme et ses alentours, où elle est présente depuis le XIIIe siècle. Les simmentals sont aujourd’hui quelque 50 millions à brouter sur tous les continents. En Suisse, on a favorisé les individus performants en matière de production laitière, au détriment des qualités naturelles de cette race à deux fins (robustesse, adaptabilité, etc.). Pour renverser la tendance et préserver le cheptel suisse (4-5% du total), l’association Original Simmental a été créée sur l’initiative des principaux acteurs de la filière, le boucher Bell et le détaillant Coop. But: doubler le troupeau d’ici à 2030 et maintenir ses qualités spécifiques en tant que race à deux fins. Un label pour la viande a vu le jour; calé sur les labels préexistants (Natura-Beef, Bio Suisse) et sur des exigences élevées en matière de durabilité ou de bien-être animal, il impose un affouragement basé sur l’herbe et la pâture (85% au minimum en région de montagne) et un strict respect de la race. Détentrice du label, l’association procède en outre à une évaluation régulière de la situation génétique.
+ D’infos www.original-simmentaler.ch