Sept simples bonnes pour la santé

Jardin
Jardin
Sept simples bonnes pour la santé

Les simples sont à l’honneur ce week-end aux Jardins en fête, à Coppet (VD). Nos plantes préférées parmi celles que nous utilisons le plus pour soigner les petits bobos de la vie quotidienne.

Sept simples bonnes pour la santé

La culture des plantes médicinales a derrière elle une longue histoire. On les trouve déjà dans les jardins des monastères médiévaux – et sur de très anciens documents tels le capitulaire de Villis ou le plan de l’abbaye de Saint-Gall, datant tous deux du IXe siècle. À la Renaissance, elles sont à l’origine de la naissance des jardins botaniques européens: c’est d’abord dans l’idée de familiariser les étudiants en médecine avec les remèdes qu’ils auront à prescrire que ces institutions sont fondées. Bien entendu, la cueillette de plantes sauvages a toujours été pratiquée parallèlement à la culture des espèces les plus usitées. Et la plupart des médicinales sont des espèces communes, qu’il est facile de se procurer dans la nature, non loin de chez soi. Rien d’étonnant donc si les plantes de notre sélection sont des indigènes ou des espèces naturalisées de longue date. Reste qu’on ne doit jamais oublier, lorsqu’on se soigne avec des plantes, qu’elles ne sont pas forcément sans danger. Si l’on peut consommer autant de pétales de roses que l’on en a envie, si abuser des tisanes de lavande ou de menthe risque plus de nous obliger à nous lever la nuit que de nous intoxiquer, l’utilisation du millepertuis ou de la chélidoine demande ainsi quelques précautions – ou, pour certains usages, l’avis d’un médecin.

Texte(s): Isabelle Erne

Bon à savoir

Où les trouver?

On trouvera Rosa gallica et ses variétés auprès de rosiéristes cultivant des roses anciennes. Les autres plantes citées sont couramment proposées par les pépiniéristes en vivaces et/ou en plantes aromatiques; la plupart sont aussi disponibles en jardineries.