Conseils
Les bons réflexes au jardin pour éviter de se laisser envahir

Qu’il s’agisse de plantes indigènes comme le rumex, ou d’espèces exotiques comme la vergerette annuelle, il est important d’adopter une gestion efficace.

Les bons réflexes au jardin pour éviter de se laisser envahir
Les plantes invasives représentent un défi majeur pour les jardiniers, afin qu’elles ne colonisent pas leur parcelle et celles des voisins. Ces espèces sont en effet connues pour se reproduire et se propager de manière impressionnante, grâce à des milliers de graines ou à un système de rhizomes efficace. En forte proportion, elles concurrencent les végétaux cultivés, pouvant nuire à ces derniers. De nombreuses plantes exotiques envahissantes altèrent, qui plus est, la biodiversité locale.

Agriculteurs sur le qui-vive
Mais certaines espèces indésirables sont originaires de nos régions. Bien qu’elles soient indigènes, le préjudice qu’elles portent à l’agriculture fait d’elles des mal-aimées. Certaines sont d’ailleurs dans le viseur de nombreux cantons, une obligation de lutte ayant été édictée. C’est le cas du chardon des champs (Cirsium arvense), du cirse laineux (Cirsium eriophorum) et du cirse vulgaire (Cirsium vulgare). L’obligation de lutte touche les parcelles agricoles, les bords de chemins, ainsi que les jardins d’agrément. Les agriculteurs peuvent même perdre des paiements directs s’ils n’enlèvent pas le rumex (Rumex obtusifolius).La vergerette annuelle (Erigeron annuus) ou les solidages américaines (Solidago canadensis et Solidago gigantea) sont, elles, des plantes exotiques, originaires d’Amériques du Nord. Ces espèces se sont introduites et étendues en Europe pour y devenir envahissantes. Il n’y a actuellement pas d’obligation de lutte pour ces végétaux, si ce n’est l’ambroisie à feuilles d’armoise. Néanmoins, il est important de prévenir leur propagation, tant pour protéger l’agriculture que la flore indigène.

Actions efficaces
Les propriétaires de terrain, y compris les jardiniers amateurs, sont tenus de contrôler et, si possible, d’éradiquer les plantes invasives présentes sur leurs parcelles. Le chardon des champs et le rumex sont des plantes vivaces connues pour leurs racines profondes, en rhizomes pour l’une et pivotante pour l’autre, qui rendent leur éradication difficile.

Il faut prévoir d’arracher les chardons des champs et les vergerettes annuelles avant qu’ils ne grainent, afin de limiter leur prolifération.

Au jardin, évitez l’utilisation d’herbicide. Pour enlever de manière optimale les plantes à racine pivotante, rien de tel que la pince à rumex. Afin qu’elle ne puisse pas repartir, une grande partie de la racine doit être extraite. Pour les chardons des champs, il faut aussi arracher le végétal à une profondeur de 10 à 15cm au minimum, à l’aide d’une pioche ou d’une pince à rumex. Même si cela ne la tue pas, cela empêche la plante de faire des réserves et de fructifier. Profitez d’un jour après une bonne pluie, l’opération sera facilitée. Éliminez les plantes avant la formation de graines, et de préférence même avant la floraison, elles auront encore la capacité de faire des graines. Si vous loupez le coche, vous avez la possibilité de mettre juste les sommités florales aux ordures ménagères et laisser le reste de la plante en compostage de surface ou en paillis.

 
Texte(s): Charline Daujat
Photo(s): Loïc Hérin

Les trois astuces de Charline Daujat

Patates sous paille
Les plants de pommes de terre sortent la tête de la paille. Il faudra penser à rajouter du paillis de temps à autre afin de les butter et de favoriser la production de tubercules. Si vous craignez l’attaque de campagnols, sondez régulièrement le terrain afin de pouvoir réagir avant que toute votre culture soit attaquée. Vérifiez aussi l’humidité du sol, mais il est probable que vous ayez peu à arroser.

Récolte de fraises
C’est «la» période pour les amateurs de fraises. Soyez patients pour les récolter bien mûres, à part si vous avez des soucis avec les limaces. Manipulez les fruits avec délicatesse afin d’éviter tout dommage et faites la cueillette de préférence le matin quand il fait frais, cela favorisera la conservation. Avec le temps très humide de ce dernier mois, enlevez les fraises ou les boutons floraux qui moisissent.

Fleurs de sureau
Le sureau, l’une des plantes comestibles les plus connues, est très apprécié pour ses ombelles blanches et délicates au terme du printemps. Pour en trouver, montez un peu en altitude, car la floraison touche déjà à sa fin en plaine. Faites plaisir à vos proches avec du sirop de sureau ou de la confiture sureau-rhubarbe. Si vous avez la place dans votre jardin, c’est un joli arbuste que vous pouvez planter.