l
Architecture
Entre vergers et jardins, il fait bon vivre dans le quartier du futur

Une fois par mois, nous vous emmenons à la découverte de maisons exemplaires sur le plan énergétique. Cette semaine, cap sur Bex (VD), où un projet mêle efficience, cohésion sociale et jardinage collectif.

Entre vergers et jardins, il fait bon vivre dans le quartier du futur

Du bois gris, d’immenses vitres, des volumes s’imbriquant les uns dans les autres comme un jeu de construction grandeur nature et de la verdure, beaucoup de verdure. Des jardins, des terrasses, des toits végétalisés, des arbres fruitiers entre les bâtiments: le quartier qui vient de sortir de terre en pleine ville de Bex fait forte impression. Inutile de préciser qu’il a été mûrement réfléchi: cela fait près de dix ans que le bureau veveysan U15 Architectes planche sur ce projet. «La commune venait d’établir un plan de quartier pour cette zone de 25 000 m2, explique Eligio Novello. Nous avons repris le plan partiel d’affectation et cherché un moyen d’en optimiser l’utilisation tout en offrant aux habitants la possibilité de créer un lien avec leur environnement. Notre objectif est de montrer que la densification, l’un des principaux enjeux urbanistiques actuels, n’est pas incompatible avec la qualité de vie et peut être synonyme de durabilité.»

Logements à géométrie variable
Baptisé «Bex Jardins», ce nouveau quartier comprendra 138 appartements répartis en 12 bâtiments. Cinq sont déjà sortis de terre, dont les quatre plus grands – quatre étages, rez-de-chaussée compris –, les autres verront le jour dans une seconde étape. Ce sont des «logements durables à mixité élevée», indique la plaquette. Comprenez des habitations convenant à toute une palette de générations et de modèles familiaux, du couple sans enfants à la colocation entre collègues. Mais ce n’est pas tout: la conception des bâtiments est telle que les appartements peuvent évoluer au gré des besoins. «Certaines parois peuvent être percées pour relier deux appartements ou supprimées pour recomposer l’aménagement des espaces, explique Eligio Novello. Cette

flexibilité n’est pas encore courante, mais elle augmente significativement la durée de vie d’un bâtiment.» Une construction qui dure, c’est une construction qui nécessite moins d’énergie grise. Ajoutez à cela un système de chauffage centralisé aux pellets de bois, des panneaux photovoltaïques, un système de récupération d’eau de pluie et d’infiltration directe et vous obtenez un ensemble architectural répondant aux normes du label Minergie-Éco.

Culture collective
Reste que la meilleure énergie, c’est celle que l’on n’utilise pas. Eligio Novello a donc fait en sorte de minimiser les besoins énergétiques du complexe: grâce aux nombreux puits de lumière et à des pans de verre translucide, le soleil se fraie un chemin jusque dans les salles de bains, ces pièces souvent borgnes. Côté ventilation, tout a été mis en place pour que les courants qui soufflent dans la plaine du Rhône apportent de la fraîcheur lors des plus chaudes journées d’été. Construire un bâtiment peu gourmand en énergie, cela fait aujourd’hui partie du cahier des charges de tous les architectes. Mais le Veveysan a voulu aller plus loin en proposant un quartier à l’identité forte, où l’on cultivera aussi bien son jardin que les liens sociaux: «L’idée était d’intégrer le végétal dans le bâti. La verdure sert à la fois de filtre visuel, de lien entre les espaces, à l’instar des arbres qui se dressent dans les cages d’escalier ou les puits de lumière, et d’élément du quotidien des habitants: chaque locataire a un rapport au sol, via une terrasse ou une zone de jardin.» Et des jardins, il y en a: autour des bâtiments, reliés par des sentiers qui ondulent parmi les herbes hautes, des dizaines de parcelles n’attendent que d’être semées. Au centre de ce petit univers, le Grand Verger joue le rôle de lieu de détente, de rencontre et de récoltes: pommiers, poiriers ou cerisiers seront entretenus par des locataires réunis en association. Fait de bois et de verre, nourri de vent, de soleil et de contacts humains, le quartier du futur a de l’avenir.

Texte(s): Clément Grandjean
Photo(s): Clément Grandjean

L’architecte

Eligio Novello fonde son bureau d’architecte, U15, en 1994. Hétéroclites, les projets du Veveysan et de son équipe, qui oscille entre 9 et 20 collaborateurs en fonction des mandats, ont en commun une recherche permanente de durabilité et de qualité des matériaux. Eligio Novello vient notamment de créer un concept de maison en kit, véritable petite révolution dans le monde de l’architecture.

+ D’infos www.u15.ch

Le quartier en bref

En cours de construction.

Labellisé Minergie-Éco.

25 000 m2,  la surface de la parcelle.

12 bâtiments.

138 appartements, de 52 à 138 m2.

1 centrale de chauffage à pellets.

Maître d’ouvrage: Établissement Cantonal d’Assurance ECA-Vaud.

Ces produits pourraient vous intéresser

  • Le jardin à la conquête des balcons

    24.00 CHF
    Ajouter au panier
  • Je cuisine les herbes aromatiques

    19.00 CHF
    Ajouter au panier