Fri-Mousse

Fri-Mousse
une pionnière en Suisse romande

Ses remarquables étiquettes réalisées par l’artiste fribourgeois François Aeby, ses cuvées houblonnées démontrant une parfaite maîtrise de l’art du brassage et son ancrage en Basse-Ville de Fribourg sont autant d’ingrédients qui confèrent à la Brasserie Fri-Mousse un charme indéniable. À sa tête, Nicolas Dornacher et Alain Morand, deux Fribourgeois profondément attachés à leurs racines.

Les brasseurs

Lorsque Nicolas Dornacher et Alain Morand se découvrent une passion pour la bière, ils ne sont encore que de jeunes étudiants, à mille lieues d’imaginer qu’ils seront bientôt de véritables pionniers dans le monde des microbrasseries artisanales romandes. Le premier nommé a vécu toute son enfance à Fribourg, il se passionne pour tout ce qui se rapporte à la technique. Ce véritable Géo Trouvetou ne tarde pas à développer, avec un talent rare, la majeure partie du matériel utile à leurs futures activités brassicoles, en partenariat avec Alain Morand, fin bricoleur. Né en ville de Fribourg, celui-ci revendique son appartenance à cette région qu’il affectionne tant. Avec quelques amis, les deux compères créent en 1993 un bar privé. Ils aiment le rock, les Rolling Stones et la bière! Mais pas n’importe laquelle. L’endroit leur permet d’affûter leurs palais lors d’hédonistes dégustations et Nicolas Dornacher y concocte son premier brassin, en parfait autodidacte.

La brasserie

L’essai s’avère concluant. Il est suivi par d’autres, élaborés par ce cercle d’amis à la base de la création du bar. Très vite, le succès est au rendez-vous. Nicolas et Alain décident de passer à la vitesse supérieure. Un boiler de récupération, totalement transformé par leurs soins, sert de base à une installation de brassage d’une capacité de 100 litres. La réputation des jeunes brasseurs se propage, au point qu’ils sont invités à Ouchy, en 1998, par l’Association des buveurs d’orge à participer à la Fête européenne de la bière. Ils susciteront la curiosité en brassant sur place avec leur propre matériel. À leur retour, ils investissent une ancienne boucherie en Basse-Ville de Fribourg, brassent tous les samedis devant un public conquis. Dès 2006, la décision est prise: ils s’y consacreront à 100%. Rapidement, ils intègrent des locaux plus vastes, y développent de nouvelles installations.

La gamme

D’une dizaine de litres par brassin à ses débuts, la Fri-Mousse passe à une production annuelle de 20 000 litres en 2008, année de la naissance officielle de la brasserie, et en atteint 90 000 en 2017. Dès l’origine, une formidable bière noire apparaît. Cuvée d’amateurs éclairés, baptisée Old Cat, elle devient une véritable carte de visite. Barbeblanche et Barberousse l’accompagnent, suivies par La Dzodzet, une élégante blonde. La Bolze les a rejoints aujourd’hui pour former cinq bières de base. Trois breuvages de saison complètent l’assortiment dont Fleur de Sureau, aux parfums de ces mêmes fleurs récoltées au pied du Mont-Gibloux. À chaque bière sa souche de levure, les malts sont allemands et français, tandis que les houblons proviennent de Tchéquie, d’Angleterre, d’Alsace et d’Allemagne. Chaque samedi matin, tous ces nectars peuvent se déguster sur le marché du Bourg, en vieille ville de Fribourg, au cœur de la cité historique.

Plus d’infos: www.fri-mousse.ch