Brasserie Les Fleurs du Malt
rock’n’roll attitude!

D’emblée, le répondeur téléphonique de la brasserie donne le tempo. Un air de rock’n’roll ou de rhythm’n’blues y est diffusé avant même qu’une voix ne vous réponde. Philippe Badan, au gouvernail de l’enseigne Les Fleurs du Malt, est un passionné. De musique et de nectars houblonnés! Ses mix, aux platines et à la brasserie, en font une brillante démonstration.

Le brasseur

Du pirate, il en a un peu le physique, l’antre qu’il occupe désormais n’est pas sans en évoquer d’autres du même genre et le logo qui vient orner les étiquettes de ses fantastiques cuvées s’en inspire totalement. Elles lui rappellent qu’à ses débuts, il n’était pas sûr de pouvoir distribuer ses flacons. Philippe Badan, puisque c’est de ce pirate-là qu’il s’agit, est tombé dans la marmite aux effluves houblonnés bien avant que la mode des brasseries artisanales suscite l’engouement du public. Sociologue de formation, il exerce dans ce milieu à temps partiel pendant près de vingt ans. Parallèlement, il s’engage pour des causes militantes, fréquentant la scène alternative lausannoise. Au début des années 2000, il fonde aBBa, l’association des Brasseurs et Brasseuses autonomes, et c’est là que, avec deux compères, il concocte ses premiers brassins, en parfait autodidacte.

La brasserie

Philippe Badan l’avoue sans détour. Il a expérimenté un large éventail de recettes dans des lieux parfaitement improbables avant d’officialiser ses activités. Ce n’est donc qu’en 2010 que naît la Brasserie Les Fleurs du Malt, à la rue du Maupas, à Lausanne. En 2014, les locaux qui l’accueillent sont voués à la destruction, il déménage provisoirement à Paudex, à la Brasserie du Foudre. Puis, au terme de quelques travaux d’aménagement, il investit un repaire idéal, à la rue des Deux-Marchés, à Lausanne. C’est là qu’il poursuit désormais ses activités avec, en permanence, des airs de rock’n’roll, de rhythm’n’blues ou de post-punk en fond sonore. La musique? Une autre de ses passions. Le brasseur mixe régulièrement, des morceaux des années 1950 à nos jours, n’hésitant pas à faire un saut à New York pour y dénicher quelques vinyles rares.

La gamme

Ses nectars houblonnés, Philippe Badan les conditionne essentiellement en flacons de 75 cl. Il en aime le format, l’esprit de partage et de convivialité qu’il procure. Les premiers brassins concoctés par ce pirate au regard doux s’inspirent de ce qui se connaissait à cette époque: des bières belges ou allemandes. Aujourd’hui, ses recettes évoquent le style allemand, mais également l’anglais et l’irlandais et, parfois, celui des bières d’abbaye belges. Son assortiment permanent accueille une douzaine de cuvées. Fin 2018, avec sa compagne, il concocte encore une ambrée à la raisinée. Baptisée La Piratesse, elle séduit la gent féminine. Mais notre homme ne se repose pas sur ses lauriers pour autant. Parmi ses dernières créations: de remarquables cuvées élevées en barrique de rhum des Caraïbes. Pirate un jour…

Plus d’infos: lesfleursdumalt.ch