Un fauve dans l’appartement
Un fauve dans l’appartement

La clé tourne dans la serrure, mais la porte ne s’ouvre pas. En approchant du hall d’entrée, j’entends la voix de mon fils: « Je peux laisser entrer Samouraï?»

Comme nous avons fait du cat-sitting toute la semaine précédente, le chat des voisins, quand il souhaite rentrer, n’hésite maintenant plus à nous suivre dans les escaliers, ou à venir directement chez nous…

Aussitôt la porte ouverte, le magnifique félin au pelage roux et délicatement strié, pénètre dans l’appartement, après s’être frotté sur le chambranle et se dirige vers les chambres à coucher.

Pendant que l’eau des pâtes cuit, nous nous installons à la table du salon pour débuter une partie d’échecs. Après seulement quelques coups joués, voilà le chat qui apparaît mystérieusement. Il saute sur une chaise près de nous et se couche. Comme nous ne faisons pas attention à lui, il se met à donner des petits coups de pattes sur ma cuisse pour attirer mon attention. Le problème c’est que toutes les griffes sont dehors et qu’il me fait mal…

On le prie poliment d’aller voir ailleurs et on reprend notre partie, avant de passer à table.

En débarrassant les couverts, nous découvrons le fauve qui s’était fait oublier, confortablement installé sur le canapé. Il dort.

Quelle aubaine! Je m’installe à côté de lui discrètement pour l’observer. Le bout de sa queue semble bouger de manière autonome, tout comme le pavillon de ses oreilles. Il doit pourtant percevoir ma présence. Confiant, il se met à ronronner, le corps parcouru de petits spasmes. Ce relâchement est communicatif, surtout après le repas! Je prends le temps de le dessiner, avant de retourner à l’atelier.

Je détaille ses grandes oreilles velues avec ces curieux feuillets sur les côtés, les longues vibrisses sur les babines et au-dessus des yeux, la petite truffe sèche, ainsi que les coussinets des pattes. Les marques sur le dos, les flancs ou sur la face ne sont pas dessinées au hasard; elles sont disposées de pareille manière chez ses cousins sauvages des steppes ou des forêts.

Comme je ne verrai jamais dans de telles conditions l’ocelot, le serval ou même le chat sauvage, je profite d’admirer la structure du petit fauve domestique qui me fait l’honneur de venir poser sur mon canapé!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte(s): Pierre Baumgart
Photo(s): Pierre Baumgart

Ces produits pourraient vous intéresser

  • Le comportement des oiseaux d’Europe

    65.00 CHF
    Ajouter au panier
  • Histoire de grèbe

    35.00 CHF
    Ajouter au panier
  • En suivant les milans noirs de Pierre Baumgart

    48.00 CHF
    Ajouter au panier