l
Saisir une sésie ou aller dormir?
Saisir une sésie ou aller dormir?

Le rendez-vous de notre soirée était mis à l’agenda, pourtant nous avons hésité à le reporter jusqu’au dernier moment, vu la météo incertaine et la difficulté de réunir tout le monde. La perspective d’une éclaircie a fait pencher la balance et tant pis si la chasse prévue ne tient pas ses promesses! Nous aurons au moins le plaisir de nous revoir et de partager nos passions communes.

Des filets ont été tendus  près d’une haie et deux lampes allumées, afin d’accueillir des passionnés de chauves-souris et de papillons de nuit. Le site des Teppes, près du barrage de Verbois, est réputé et les dates sont excellentes pour les papillons. Nous pourrions nous attendre à quelques belles surprises…

Quand je rejoins le groupe d’amis, la lune est déjà haute dans le ciel et je n’ai pas besoin de ma lampe frontale pour suivre la route. Je marche sur les ombres des saules qui tachent le petit chemin de gravier, en évitant les flaques d’eau brillantes.

Arrivé sur place, les discussions vont déjà bon train, autour de la table couverte de victuailles. On boit, on mange et on rigole. A intervalles réguliers, chacun se lève pour vérifier si une chauve-souris s’est prise dans le filet ou si un papillon daigne venir à la lampe.

Manuel raconte le voyage à Bornéo qu’il vient de réaliser avec son fils et nous fait rêver avec des histoires de bêtes incroyables. Il nous décrit les toilettes d’un lodge, perdu en forêt, dont l’éclairage attire chaque nuit des milliers de papillons de centaines d’espèces, au point que les murs du lieu en sont tapissés ! Nous devons nous contenter de quelques individus sur notre drap éclairé…

Pas de captures de chauves-souris, mais leur présence dans le ciel est détectée par des appareils acoustiques. Cyril nous signale que nous sommes survolés par une pipistrelle de Kuhl tandis que nous discutons…

Après quelques heures conviviales mais peu d’observations, nous décidons de plier bagages face aux assauts du vent qui se lève. Sur le parking à l’entrée de la réserve la discussion se poursuit encore un peu. Juste avant de nous séparer, Bastien retrouve le petit papillon qu’il a découvert dans un fourré, en arrivant. Une sésie de l’oseille.

Les sésies sont des papillons de nuit qui volent de jour et dont l’aspect fait penser à des guêpes. Je n’en ai pas vu très souvent car elles sont petites, discrètes et donc très difficiles à repérer.

Malgré l’heure tardive et la forte envie d’aller me coucher, je sors mes affaires à dessin et me mets au travail. Il faut savoir saisir les opportunités quand elles se présentent…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte(s): Pierre Baumgart
Photo(s): Pierre Baumgart / Kevin Gurcel

Ces produits pourraient vous intéresser

  • Histoire de grèbe

    35.00 CHF
    Ajouter au panier
  • En suivant les milans noirs de Pierre Baumgart

    48.00 CHF
    Ajouter au panier