Requiem pour les koalas
Requiem pour les koalas

Comme vous, j’ai vu ces images apocalyptiques des récents incendies qui ravagent l’Australie. Les chiffres annoncés sont inquiétants: on parle de millions d’hectares de forêt partis en fumée et peut-être d’un milliard d’animaux qui auraient péri…

Les feux, fréquents à la saison chaude, ne sont d’habitude pas néfastes pour l’environnement, puisqu’ils ont la faculté de régénérer les milieux naturels. Cette année pourtant, l’ampleur du phénomène risque de laisser de graves séquelles.

Il nous paraît difficile d’imaginer que la faune d’une île si vaste – on pourrait parler d’un petit continent – puisse être menacée par des feux. Et pourtant.

Là-bas comme ailleurs, la nature sauvage a reculé face aux assauts d’une urbanisation croissante. On a défriché massivement le territoire pour y implanter des champs et des mines, de sorte que les milieux naturels sont bien souvent isolés.

En regardant la carte de répartition d’une espèce emblématique telle que le koala, on pourrait penser que l’animal est très répandu, puisqu’il occupe une vaste zone dans l’est du pays. La réalité est malheureusement tout autre.

Les vieilles forêts d’eucalyptus disparaissent au profit de jeunes plantations ou de parcs arborés. L’aménagement du territoire a ainsi morcelé le biotope de l’animal, de sorte qu’il devient rare dans bien des régions de l’île.

Les grands feux ne vont sans doute pas amener l’espèce au bord de l’extinction (d’autres espèces de souris-marsupiales ou de rats-kangourous n’auront peut-être pas cette chance), mais ils risquent de provoquer des disparitions de populations locales, en portant un coup dur à la préservation de l’espèce.

Si la catastrophe que vit aujourd’hui l’Australie permettait de prendre conscience de la précarité des milieux naturels et de l’urgence à les préserver partout, car rien n’est jamais acquis! L’urbanisation grignote toujours plus la nature et les bêtes disparaissent.

A l’étranger, mais aussi chez nous. Car n’oublions pas que le bouquetin, symbole de nos Alpes, a lui aussi failli disparaître il y a de cela une centaine d’années!

Texte(s): Pierre Baumgart
Photo(s): Pierre Baumgart

Ces produits pourraient vous intéresser

  • Histoire de grèbe

    35.00 CHF
    Ajouter au panier
  • En suivant les milans noirs de Pierre Baumgart

    48.00 CHF
    Ajouter au panier