Ma dernière ratatouille
Ma dernière ratatouille

Cette fois, c’est la fin des tomates, il faut se faire une raison. Sous abri, il ne reste plus que quelques plants de tomates cerises des variétés « datte », « noire » et « miel du Mexique ». Leur feuillage est encore plus ou moins vert, mais les fruits peinent à murir, et ceux qui y parviennent éclatent et se couvrent rapidement de moisissures. Les poivrons ont encore belle allure mais ils ne coloreront plus l’assiette de rouge, d’orange ou de jaune. Parfaits quand même pour une dernière ratatouille de novembre, à la saveur incomparable.

Mais qui a dit que le jardin était au repos en hiver?  En réalité, d’autres légumes ont déjà pris le relais. Des oignons, des échalottes, de l’ail et des salades, plantés en septembre entre les tomates, n’ont rien perdu pour attendre: ils se sont déployés allègrement au fur et à mesure que je coupais les plants en bout de course. Comme l’an dernier,  les légumes asiatiques occupent une belle part des plates-bandes: moutardes rouges, mizuna, pak choi et tat-soi. Nous en mangeons déjà et ils assureront le relais jusqu’aux salades du printemps. J’aime aussi tester des nouveautés, comme le pois mangetout d’hiver du catalogue Zollinger, qu’on vient de semer au pied des échalas, en lieu et place des concombres. Ou encore le cerfeuil tubéreux trouvé chez Sativa, un ancien légume que l’on peut semer dehors jusqu’en janvier.

Sur les buttes du potager également, il reste encore beaucoup de choses à manger: des oignons et poireaux perpétuels, qui ont refait surface à l’automne, des choux chinois et suisses,  du fenouil, des épinards, des bettes, de la mâche, du céleri, des topinambours, et bien sûr les magnifiques cardons de mon genevois de mari. Au fur et à mesure que des surfaces se libèrent, on s’empresse de les recouvrir pour ne pas laisser de sol nu en hiver: elles reçoivent engrais vert, fumier, BRF (bois raméal fragmenté), feuilles mortes ou déchets verts, selon la disponibilité et l’humeur du moment. Mes derniers plants de tomates ont été transformés en mulch grâce au hache-paille: pendant que la ratatouille mijote, j’irai le répandre au potager. Pas de temps à perdre: la nouvelle saison de jardinage a déjà démarré.

Texte(s): Aino Adriaens
Photo(s): Aino Adriaens