L’incroyable petit jardin qui voudrait conquérir la rue
L’incroyable petit jardin qui voudrait conquérir la rue

On ne présente plus le jardin urbain hyper productif de Joseph Chauffrey. Ou plutôt si. Je vous en parle en long, en large et en chiffres dans l’édition de Terre & Nature de ce jeudi 25 juillet et vous pouvez aussi le découvrir en vidéos ou dans son livre en lien dans la boutique T&N. Un peu gêné par une célébrité acquise en très peu de temps, Joseph Chauffrey a su rester humble et caresse un rêve qui dépasse sa seule propriété: «J’aimerais que ce ne soit plus mon jardin qu’on vienne voir, mais plutôt ma rue ou mon quartier ! Je rêve d’une ville comestible et défends l’idée que le milieu urbain peut devenir très agréable à vivre. Y cultiver la terre pousse les gens à se rencontrer, invite au partage et rend les gens plus heureux». L’objectif est louable, mais pas facile à mettre en œuvre…

Car pour l’instant, dans la rue de maisons ouvrières de cette banlieue de Rouen,  seul le portail de Joseph déborde de verdure et apporte vie et fraîcheur dans le décor minéral. Mais le jardinier s’y attelle patiemment: « Il y a deux ans, j’ai envoyé un courrier à tous les gens de ma rue pour les inviter au jardin. Vingt personnes sont venues. Nous avons parlé plantes bien sûr, mais aussi partage d’outils et de voiture. On a découvert les compétences et les envies de chacun. Faire connaissance est déjà un premier pas très positif car cela évite les incivilités, comme par exemple les crottes de chien sur les trottoirs!» De fil en aiguille, des liens se sont créés. Certains soirs, les voisins se retrouvent pour chanter, construire des nichoirs à insectes, apprendre à semer ou  discuter simplement de ce qu’ils pourraient faire ensemble. Des boites à échange de livres, de vêtements, de légumes ont fleuri sur des clôtures. Et si on y regarde de près, on voit aussi quelques fleurs sauvages pointer au pied des façades et entre les pavés. «Ce n’est pas spectaculaire, mais je m’accroche à ces petites victoires. Il faudra du temps mais j’espère que les citadins vont peu à peu se réapproprier l’espace public. Les mairies sont partantes, il faut en profiter!»

Alors Joseph Chauffrey va de l’avant. Il multiplie les conférences et les formations pour convaincre. Pour semer des petites graines ailleurs que dans son jardin, où il a déjà largement prouvé que le moindre petit bout de terre peut rendre son rêve accessible.

 

Texte(s): Aino Adriaens
Photo(s): Aino Adriaens