La Genève internationale des oiseaux
La Genève internationale des oiseaux

Abordant la jetée des Pâquis, tôt ce matin, je perçois les premières notes et devine au loin, la foule massée autour des musiciens, qui jouent sur cette magnifique scène lacustre des «Aubes musicales». Après avoir longé la plage de galets et dépassé trois baigneurs qui discutaient en allemand, je m’approche et me mêle au public rassemblé.

Je ne suis pas venu pour le concert, j’écoute cependant le chanteur anglais qui mâche des mots que je n’arrive pas à traduire. Suit une longue tirade rythmique de deux batteries, accompagnées par une guimbarde et une basse.

Quelques mouettes rieuses aux cris aigres, s’invitent dans la partition. Distrait, j’observe les gens. Une petite fille demande quelque chose à sa maman, en espagnol. J’entends parler russe derrière moi. Un spectateur bouge la tête de manière un peu ridicule, les yeux fermés, visiblement inspiré par le rythme.

Comme les mouettes, je suis d’humeur badine.  Je remarque en toile de fond que les coins inférieurs d’un écran en tissu ont été relevés, de sorte que l’on a l’impression d’avoir un slip géant qui sèche entre les grands platanes.

Je vais m’asseoir plus loin sur la grève, en espérant le passage d’oiseaux migrateurs, réguliers à cette époque de l’année. Je n’ai pas besoin d’attendre longtemps avant de repérer, à son cri, un courlis corlieu, échassier au long bec incurvé. Il survole la Rade et disparaît au-dessus de la cathédrale, pressé de rejoindre le sud après avoir niché dans la toundra scandinave.

Je découvre une jeune mouette mélanocéphale, posée sur une barre flottante, en compagnie d’autres mouettes. Est-elle hongroise? J’ai observé, il y a quelques années, un individu semblable qui portait une bague rouge à la patte, dont le numéro HJV2 était bien lisible au télescope. Après avoir contacté l’association ornithologique responsable du marquage, j’ai appris que l’oiseau était né le 5 juin de la même année, près du lac Balaton.

Voilà qu’un groupe d’hirondelles de fenêtres survole le site, peut-être en provenance du Nord ou de l’Est de l’Europe, en route pour leurs quartiers d’hiver africains. Dans quelle langue babillent-elles, en polonais, en lituanien? Pas de doute, je me trouve ce matin au cœur d’une Genève internationale…

Texte(s): Pierre Baumgart
Photo(s): Pierre Baumgart

Ces produits pourraient vous intéresser

  • En suivant les milans noirs de Pierre Baumgart

    48.00 CHF
    Ajouter au panier
  • Histoire de grèbe

    35.00 CHF
    Ajouter au panier