Escapade au-dessus des nuages

Balades

neuchâtel, Chaumont

Escapade au-dessus des nuages

Envie d’échapper au stratus automnal? Grâce au funiculaire de Chaumont, il est possible de sortir la tête de la grisaille et de profiter de la beauté du panorama et des bois, avant d’y replonger en arrivant à Cressier.

Monter dans un funiculaire est déjà une aventure en soi. On peut discuter avec le conducteur, pas très optimiste ce jour-là sur la météo. Mais le ciel au-dessus du bourg de Chaumont était bel et bien découvert. Les rayons du soleil révélaient alors les nuances orangées des arbres, longeant le chemin de la Bécasse, auquel on accède en tournant à droite après l’école du village. Il relie le Petit au Grand-Chaumont par Les Trois-Cheminées. D’une clairière à une prairie boisée en passant par des chemins forestiers, parfois assez pentus mais toujours très bien fléchés, nous voilà arrivés à Enges. Notre route continue en direction du lac de Neuchâtel et de Cressier, par la forêt de l’Eter, non loin du quartier de Brisecou. Le stratus s’intensifie au fur et à mesure que l’on perd en altitude. Finalement, on terminera la balade sous son couvert, en longeant le lit du Ruhaut menant jusqu’à la plaine.

étapes

1. Départ en «Funi»

La balade commence au départ du funiculaire pour Chaumont, bâti en 1910. Il traverse des tranchées taillées dans la pierre, grimpant de 590 mètres d’altitude à 1160 mètres en neuf minutes. Si vous êtes assis tout à droite dans le sens de la marche, vous ferez ce trajet en grande partie au-dessus du vide.

2. Le mirador

Elle détonne dans le paysage boisé de Chaumont: la tour d’observation fait sourire, mais elle mérite surtout une visite (1 fr. l’entrée). Érigée en 1912, elle permet en un coup d’œil d’admirer la plaine ainsi que l’Eiger, la Jungfrau et le Mont-Blanc. Ou de se rendre compte de la chance que l’on a d’avoir pu s’extraire du stratus.

3. De tourniquet en tourniquet

Le parcours commence le long d’une route, mais on la quitte rapidement pour prendre le chemin de la Bécasse s’enfonçant dans la forêt. Puis le tracé nous emmène à travers les pâturages boisés du Jura, ponctué de tourniquets, en suivant les murs de pierres sèches.
Vous aurez peut-être la chance de croiser un chamois paissant tranquillement ou quelques vaches allaitantes profitant de l’automne.

4. l’Église d’Enges

On arrive dans le village d’Enges, dont le nom vient du latin anginus, signifiant «étroit». Sa chapelle Notre Dame-des- Anges attire le regard. La porte de cet édifice de 1678 est fermée, mais on peut la visiter en demandant la clé à l’Hôtel du Chasseur ou à l’administration communale.

5. Le château

Le centre du village de Cressier vaut le détour. Il y a d’abord les caves qui invitent à la dégustation des crus locaux et enfin le château érigé par le gouverneur Jacob Vallier entre 1610 et 1616. La magnifique bâtisse est aujourd’hui dans les mains de la commune.

infos pratiques

Y aller

En voiture
Se rendre dans la ville de Neuchâtel puis au départ du funiculaire à La Coudre, sur les hauts de la ville. Peu de places de parc à disposition.
En transports publics
En train jusqu’à la gare de Neuchâtel, puis prendre le bus No 107 direction Hauterive ou Marin-­Épagnier. Sortir à l’arrêt La Coudre.  Prix du billet du funi: 4 fr. 20 tarif plein.

Le parcours

Départ du funiculaire de Chaumont en direction d’Enges, puis descente vers Cressier. Comptez 2 h 30 pour réaliser ce tracé de 9 kilomètres, d’un dénivelé positif de 149 mètres et négatif de 794 mètres.

Se restaurer

À Chaumont, au restaurant du Petit-Hôtel, ouvert 7 jours sur 7 (www.petithotel.ch) ou, sur le parcours, à Enges à l’Hôtel du Chasseur (www.hotel-du-chasseur.ch),
fermé lundi et mardi, ou à l’Hôtel de la Croix-Blanche de Cressier (www.croix-blanche.ch).