berne, Oberland

#4 Balade d’Adelboden à Kandersteg

Jusqu’à fin août, les journalistes de «Terre&Nature» se relaient sur les sentiers de ce parcours à ­travers les Alpes. Au programme, randonner des Préalpes vaudoises au pied de l’Eiger, dans l’Oberland bernois.

Nous sommes nombreux à emprunter la Via Alpina qui relie Adelboden à Kandersteg en ce début journée. Les premiers kilomètres menant au col de Bonderchrinde manquent – il faut bien l’admettre – d’un peu de piment. Hors des sentiers forestiers dont nous apprécions déjà l’ombrage, c’est en effet sur route goudronnée que nous cheminons. Plusieurs hautes cascades qui ruissellent du Gross Loner prennent du coup l’allure de douches bien tentantes avec la chaleur qui commence à prendre ses aises. Apparaît la charmante buvette d’alpage de Bonderstübli, dernier jalon civilisé avant l’immersion dans une nature intacte. Après cette mise en jambes facile de 1 h 30, les choses sérieuses vont pouvoir commencer. Au-delà de 2000 mètres, le souffle se fait court, nous obligeant à raccourcir la foulée pour grignoter les 650 mètres de dénivelé qui séparent la buvette de l’échancrure du col de Bonderchrinde. Yeux rivés sur le bout de nos chaussures plutôt que sur le paysage. Du pâturage de Vordere Bunder, nous traversons une longue zone d’éboulis à l’apparence trompeuse. Ce monde minéral pauvre en matière organique recèle en effet une splendide végétation. Les corolles jaune vif des hauts doronics se voient certes de loin, mais on y déniche aussi des pédiculaires, des gentianes et des pensées. Se cache aussi une plante naine, le parfumé tabouret à feuilles rondes, dont le nom latin de Thlaspion désigne justement ce milieu typique d’éboulis alpin.

Passage de col incomparable
Coincé entre les arêtes déchiquetées des Chlyne et Hindere Loner, le col de Bonderchrinde (2382 m d’altitude) nous offre la plus belle des raisons pour y faire une pause. Autant pour le plaisir de savourer les paysages spectaculaires qui s’étalent de part et d’autre du goulet, que pour celui de savourer un casse-croûte bienvenu. Loin en contrebas, les maisons d’Adelboden sont réduites à l’état de miniatures. Sur l’autre versant, de nouveaux éboulis et des pentes herbeuses nous attendent. Le village de Kandersteg est encore invisible d’ici. Avant d’entamer la descente, par plaisir et curiosité, nous faisons toutefois un crochet par la crête de l’Alpschelegrat toute proche – à proscrire totalement pour les personnes n’ayant pas le pied sûr. Par delà la vallée de Kandersteg, que l’on aperçoit maintenant en contrebas, les eaux de l’Oeschinensee s’étalent au pied du grandiose massif de la Blümlisalp (classé aux sites de l’Unesco). Débouchent sur l’arête deux Lausannois ne cachant pas leur plaisir. Damir et Vincent sont, eux aussi, engagés sur ce parcours mythique. À les entendre, depuis Grindelwald, leur traversée a été magnifique mais rude. D’autant plus que les quelques nuits passées en altitude l’ont été sous tente et qu’ils ont dû renoncer à leur dernière étape jusqu’à Gstaad en raison du mauvais temps.

Passage de col incomparable
Des marmottes se signalent par leurs cris aux abords du chemin, des papillons volettent sous le soleil. Mais c’est une effervescence bon enfant qui nous attend aux portes de Kandersteg. Des scouts de tous pays se retrouvent depuis des années dans ce village accueillant le centre mondial du mouvement. À l’orée de Kandersteg, à côté de la station de téléphérique Kandersteg-Almenalp, des paysans s’activent à faucher les pâturages. L’installation d’une quantité de nichoirs pour hirondelles dans les fermes avoisinantes démontre le souci qu’ont ces montagnards de préserver la nature. En traversant Kandersteg, la vue d’une rue baptisée «Adolf Oggi-Strasse» nous rappelle soudain que ce conseiller fédéral particulièrement apprécié est originaire du village bernois. On ne peut donc s’empêcher de reprendre à notre compte le mot célèbre de cet enfant du pays: «La Via Alpina? C’est formidable!»

+ D’infos Prochaine étape: de Kandersteg à Griesalp.

étapes

Adelboden

Nous sommes nombreux à emprunter la Via Alpina qui relie Adelboden à Kandersteg en ce début journée.

Col de Bonderchrinde

Coincé entre les arêtes déchiquetées des Chlyne et Hindere Loner, le col de Bonderchrinde (2382 m d’altitude) nous offre la plus belle des raisons pour y faire une pause.

Cascade

A l’approche de Kandersteg, l’eau se fait plus présente.

Kandersteg

En traversant Kandersteg, la vue d’une rue baptisée «Adolf Oggi-Strasse» nous rappelle soudain que ce conseiller fédéral particulièrement apprécié est originaire du village bernois.

Texte(s): Daniel Aubort
Photo(s): Daniel Aubort

infos pratiques

Y aller

Rejoindre Adelboden par train et bus ou en voiture. Retour en train de ­Kandersteg ou en bus jusqu’à Adelboden.

Le parcours

Comptez 7 h de marche effective pour ce tracé sportif de 17 km de difficulté moyenne à difficile. Dénivelé de +1250 m et -1400 m. Bâtons de marche utiles.

Se restaurer

Le Berghaus, à Bonderalp, jouit d’une vue imprenable sur l’Entschligetal et
Adelboden. Vente de fromage d’alpage, viande séchée. Tél. 079 937 54 55. Buvette à Usser Üschene et débit de boissons à Alpschele.