Chemin gourmand sous Teysachaux

Balades

fribourg, Les Paccots

Chemin gourmand sous Teysachaux

La petite station des Préalpes fribourgeoises propose plusieurs sentiers gourmands pour découvrir quelques-unes des nombreuses buvettes de la région. En route pour un menu de dégustation typiquement fribourgeois!

Autant le dire tout de suite. N’espérez pas perdre des calories sur le sentier gourmand proposé par l’Office du tourisme de Châtel-Saint-Denis! Le Chindê dou patê, ou le Sentier du patois, est l’une des quatre randonnées gastronomiques proposées autour des Paccots. Cette région des Préalpes fribourgeoises regorge de buvettes et de restaurants d’alpage desservis par un vaste réseau de sentiers pédestres. Le Sentier du patois, en plus de nous ravir les papilles, promet de nous initier par la même occasion au parler local.
C’est à Rathvel, plus précisément à la cabane du Petit-Oiseau, la Kabâna dou Piti t’Oji, que débute notre périple gastronomique. Les marcheurs se régalent ici d’une planchette du terroir concoctée dans les cuisines d’Alexis Tâche. Le maître des lieux prône une cuisine régionale et cultive une ambiance toujours conviviale. Les cloches de la chapelle construite par ses soins sonnent midi. Il est temps de venir à bout des tranches de lard et de gruyère et de se remettre en route, car un bon dénivelé nous attend sur la pente opposée. Le terrain qui serpente dans les arbres est particulièrement gras, et, malgré de bons souliers de marche, on patine bien des fois dans la montée. Après avoir passé devant le chalet Village-Nègre, à 1407 mètres d’altitude, on s’extrait de l’humidité de la forêt. Nous voici au pied de la crête de Tremetta, sous les rocailles vertigineuses de Teysachaux. Un sentiment de liberté nous envahit. Dans l’immensité de ce vallon tapissé par des renoncules blanches, le silence n’est troublé que par les ronronnements du Rio du Mormotey, qui finira sa vie en se jetant dans la Trême, en Gruyère.

La fondue se laisse apprécier
Un sentier parfaitement stabilisé nous conduit alors à flanc de coteau jusqu’à la buvette du Gros-Plâné, situé sur un promontoire à 1476 mètres d’altitude. Chemin faisant, on croise quelques couples de retraités qui flânent en herborisant, ainsi que des randonneurs britanniques, qui visitent la Suisse à pied. Le printemps pluvieux ne les a visiblement pas refroidis. Dans les pâturages parfaitement piquetés, l’herbe est haute. L’alpage n’attend plus que le bétail, qui tarde à monter cette année. Les pluies incessantes et les sols gorgés d’eau retiennent en effet bien des troupeaux en plaine. Devant le Gros Plâné – le Grô Pyanè – qui a ouvert il y a à peine quelques jours, trône un impressionnant tas de bois. Si les conditions perdurent, il risque bien de fondre plus vite que les taches de neige persistantes aux alentours!
Une fois installés sur la terrasse ensoleillée de la buvette, encore un peu essoufflés par la grimpée, on hésite. Une fondue au milieu d’une randonnée? Mais l’adage se vérifie: l’appétit vient en mangeant et la moitié-moitié se laisse apprécier! La suite du parcours se fait en descente et les 45 minutes de marche suffisent à peine, il faut bien le dire, pour digérer le plat principal et se préparer au dessert qui nous attend au chalet Incrota, le Tsalè Inkrota. L’établissement est tenu par la famille Castella depuis deux ans. Leur fameuse meringue-crème double fera les yeux doux aux randonneurs les plus ascètes! La fin de la randonnée s’effectue à petits pas, entre les touffes de mauves et de géraniums sauvages. La descente au milieu de l’alpage, propriété des établissements pénitentiaires de Bellechasse, s’avère plutôt raide et notre attention est attirée par le splendide panorama sur la Veveyse et ses frais vallons. Pour rejoindre le parking et notre véhicule à Rathvel, on optera pour un petit sentier forestier, dernière occasion de respirer un bon bol d’air frais avant de redescendre en plaine, l’estomac et les mirettes ravis de l’escapade!

Texte(s): Claire Muller
Photo(s): Claire Muller

infos pratiques

Y aller

En transports publics
Les TPF s’arrêtent aux Rosalys.
Compter 1 heure de marche pour rejoindre le parking de Rathvel.
En voiture
Sortie autoroute Châtel-St-Denis, direction Les Paccots puis Rathvel.

Le parcours

Prévoir de bons souliers pour les 8,8 km et les 450 m de dénivelé. Compter 2 h 45 sans les pauses gourmandes!

Se restaurer

Planchette du terroir à la cabane du Petit-Oiseau, fondue au Gros-Plané, meringues crème double au chalet Incrota.

Se renseigner

Office du tourisme des Paccots. Tél. 021 948 84 56
www.les-paccots.ch