Balade à Vaulion avec la nature pour écrin

Balades

vaud, Vaulion

Balade à Vaulion avec la nature pour écrin

Au cœur d’une vallée qui s’étale entre Romainmôtier et le col du Mollendruz, le village vaudois de Vaulion est entouré de vastes pâturages et de splendides massifs forestiers.

Une fois dépassé le goulet au fond duquel coule le Nozon, la vallée de Vaulion s’ouvre largement devant nous. Nous allons suivre ses flancs, passant successivement d’un versant à l’autre. D’abord en lisière de ses domaines agricoles, puis en en bordure d’un vieux tremplin de saut à skis, le parcours bien balisé nous fait ensuite pénétrer dans le massif des Grands-Esserts, dont les hêtres imposants dissimulent des parois calcaires. Ici la faune semble couler des jours heureux. Pics, geais, chevreuils et chamois s’observent facilement. On sent poindre chez ce dernier une excitation sans rapport avec la présence de bûcherons tout proches ce jour-là. Le rut de l’animal débute en cette saison. Avec des colonies en forêt et autour de sa fameuse dent, Vaulion revendique avec raison le titre de paradis des chamois. Il faut dire que la sérénité de la vallée verdoyante a de quoi séduire.

étapes

1. Le Vaulion historique

En 1097, des serfs fuyant la tyrannie de leur seigneur de Haute-Bourgogne sont les premiers à s’installer dans ce fond de vallée pour créer le village de Vaulion. Les couleurs jaune, verte et rouge des armoiries du bourg dessinant trois cœurs sont celles adoptées pour leur drapeau par les cantons suisses, réunis en République helvétique, entre 1798 et 1803.

2. Le massif des Grands-Esserts

Insoupçonnable de Vaulion, la forêt des Grands-Esserts cache un magnifique relief rocheux. Il se découvre au pied de grands hêtres dont les feuilles dorées par l’automne jonchent le sol. Ses bancs rustiques, ses marches taillées à même la roche calcaire et ses coups d’œil ouverts sur la vallée demandent quelques efforts pour les mériter.

3. L’utile fourmilière

Dans la chaîne du Jura, les dômes de fourmilières jalonnent souvent le bord des chemins. Ces insectes sociaux jouent un rôle important dans la santé des forêts. Ils aèrent le sol, facilitent la germination des graines et consomment de plus une quantité de petits ravageurs néfastes. Celle-ci a été victime de pics qui se nourrissent volontiers de fourmis.

4. Chamois omniprésent

Parsemées de dalles rocheuses affleurantes et de falaises, les forêts entrecoupées de pâturages du Jura conviennent bien au chamois. Des ossements fossiles attestent de sa présence jusqu’au néolithique avant que l’espèce ne se cantonne aux Alpes. Sa réintroduction dans le Jura remonte aux années cinquante. Il l’a depuis entièrement colonisé.

5. Le Nozon, rivière singulière

Le Nozon prend sa source au fond du vallon de Vaulion, traverse de belles gorges avant de se scinder en deux
au lieu-dit Moulin-Bornu, à Pompaples. Une partie de ses eaux rejoint l’Orbe, qui se perd en mer du Nord, l’autre se mêle à la Venoge pour rejoindre la Méditerranée, d’où le surnom donné au village de
Pompaples: le «Milieu du Monde».

Texte(s): Daniel Aubort
Photo(s): Daniel Aubort

infos pratiques

Y aller

En transports publics
Service de Car­Postal uniquement en semaine entre la gare CFF de Croy-
Romainmôtier et Vaulion (22 minutes). Service Publicar, zone 9 Orbe, durant
le week-end en appelant au numéro 0800 60 30 60.
En voiture
Rejoindre Vaulion par le col du Mollendruz ou par les sorties Orbe ou La Sarraz de l’autoroute Lausanne-Yverdon. Grand parking vers la poste de Vaulion, côté Mollendruz.

Le parcours

Tracé en boucle de 8 km et 2 h 30 de marche effective, pour un dénivelé total de
+/- 300 mètres. Parcours bien balisé d’un point orange, sans difficulté hormis des raidillons en forêt. Prévoir pique-nique et bonnes chaussures. Carte de l’OFT au 1:25 000 No 1202 Orbe

Se restaurer

Restaurant des 3-Cœurs, 1325 Vaulion. Menus et large éventail de mets de viandes, poissons, pâtes ou fondues. Fermé le dimanche soir et le lundi. Tél. 021 843 30 31

Se renseigner

PDF des balades de Vaulion: https://parc­juravaudois.ch