Aux sources d’anciennes fontaines

Non classé

vaud, Nord vaudois

Aux sources d’anciennes fontaines

Près de Croy, une carrière désaffectée témoigne d’une extraordinaire épopée remontant au XIXe siècle. Ce site forestier est le berceau d’imposantes fontaines qui ornent, aujourd’hui encore, plusieurs villes du canton. Un circuit plein de charme invite à le découvrir.

Laissant derrière nous la salle villageoise de Croy (VD), nous traversons un pâturage avant d’atteindre l’orée d’un bois. Quel plaisir de tomber la veste pour ressentir les bienfaits des premières chaleurs printanières! Signe de renouveau, des mésanges prêtes à nicher surveillent de près notre traversée de cette lumineuse forêt. À dix minutes de marche de là, une flèche jaune peinte sur un arbre – attention à ne pas la manquer! – nous invite à bifurquer à droite en direction de la carrière du Grand-Chanay.

La noble trace de l’homme
Pas de doute, les empreintes des fontaines prélevées dans cette carrière témoignent d’un extraordinaire travail artisanal. Ce paysage bien vaudois, mais aux airs de garrigue méditerranéenne, a été le cadre d’une fabuleuse aventure humaine. C’est là qu’entre 1835 et 1864, près de 200 bassins de fontaine, certains monumentaux et fruits d’un an de travail, furent extraits du socle calcaire par les maîtres carriers de la famille Reymond. Une vingtaine de ces belles empreintes sont à roche nue. D’autres se devinent, masquées par la végétation. Lors de notre passage, certaines d’entre elles servaient de nurserie aux œufs de grenouille rousse. Dans ce milieu sec où l’on ne serait pas surpris de voir les premiers papillons de l’année, l’envol d’une brindille se confondant à de l’herbe sèche nous prend par surprise: un leste brun. Il s’agit de la seule espèce, parmi nos libellules indigènes, à avoir la particularité de traverser l’hiver à l’état d’adulte.

Paysages changeants
La brève descente qui mène ensuite au fond du vallon du Nozon contraste fortement avec le milieu aride de la carrière du Chanay. La pente est rendue glissante par l’eau qui ruisselle de partout. De multiples pistes animales s’y croisent. Elles coupent notre chemin, égayé par les couleurs vives des hépatiques et des primevères qui tranchent sur les herbes jaunies par l’hiver. Torrent du Nozon, ruisselets latéraux et tufières dégoulinantes vont dès lors rythmer notre parcours jusqu’au retour à Croy. Si ce terrain humide contrecarre un peu la marche, il offre en contrepartie quelques traces à identifier. Des chamois sont passés là avant nous.
Ici, des empreintes de larges coussinets plantaires aux longues griffes révèlent un blaireau. Dans le fond du vallon, les corolles des nivéoles peignent de blanc le décor. Notre arrivée silencieuse surprend une buse, cachée tout près dans le tapis floral. Son départ dans l’urgence nous laisse entrevoir une proie inhabituelle dans ses serres. Dérogeant à son habituel régime de campagnols, le rapace diurne mange apparemment aussi des grenouilles. Le bruit déjà tumultueux du Nozon s’intensifie encore lorsque la partie supérieure d’une chute d’eau s’invite dans
le décor forestier. La belle cascade du Dard n’est plus très loin. Une douche assurée si l’on s’en approche lors des périodes de hautes eaux. Puis le vacarme du torrent s’estompe progressivement, avant de s’éteindre à notre sortie des gorges. À Croy, les deux grands bassins doubles de la bien nommée rue des Fontaines nous font songer que c’est par là que nous aurions dû commencer notre balade. L’extraordinaire travail que représentait la taille, l’extraction puis le déplacement des blocs monumentaux aurait pris une plus belle dimension. Et puis, imaginez un peu des attelages de parfois plus de 25 bœufs ou chevaux pour déplacer ces chargements! Ce sont eux qui ont permis aux ouvriers de sortir de la carrière les imposantes fontaines, arborant le magnifique cartouche «Pris au Chanay», avant de les acheminer aux quatre coins du canton.

Texte(s): Daniel Aubort
Photo(s): Daniel Aubort/Infographie Pascal Erard

infos pratiques

Y aller

En transports publics
Arrêt de Croy (train régional) sur la ligne CFF Lausanne-Vallorbe. Après avoir traversé le village, le tracé du petit circuit de l’itinéraire des fontaines débute vers la salle villageoise, à côté du terrain de football.

En voiture
Sortie de La Sarraz sur l’autoroute Lausanne – Yverdon-les-Bains. Prendre la direction de La Sarraz, traverser Pompaples et rejoindre Croy. Grand parking vers la salle communale et le terrain de football.

Le parcours

À partir du terrain de sport de Croy, charmant tracé, aux paysages variés, sur le petit itinéraire des fontaines de Croy. Marche effective de 1 h 50 (6,5 km) pour un dénivelé de +/- 120 mètres. Chemin glissant par endroits le long du Nozon, bonnes chaussures conseillées. Cartes de l’OFT au 1:25 000 No 1202 Orbe et No 1222 Cossonay.

Se restaurer

Restaurant de la Gare, 1322 Croy. Menu à 17 fr. en semaine. Ouvert du lundi au vendredi (7 h-23 h) et le dimanche (10 h-5 h). Tél. 024 453 10 60.

Se renseigner

Site de la commune de Croy: www.croy.ch