berne, Kandersteg

#5 Balade féerique de Kandersteg à Griesalp

Jusqu’à fin août, les journalistes de «Terre&Nature» se relaient sur les sentiers de ce parcours à ­travers les Alpes. Au programme, randonner des Préalpes vaudoises au pied de l’Eiger, dans l’Oberland bernois.

Les cloches de l’église de Kandersteg (BE) résonnent dans notre dos. Quittant le village, nous nous élançons en direction du cirque du Blüemlisalp, dont les arêtes se découpent en ombre chinoise dans les premiers rayons de soleil. Rapidement, le bruit de l’Oeschibach, dont nous remontons le cours, couvre la rumeur de la vallée où se succèdent les convois ferroviaires en direction du Lötschberg.

Si l’itinéraire qui nous mène de Kandersteg à Griesalp est considéré comme l’étape reine de la Via Alpina suisse, c’est à la fois à cause de son solide dénivelé (plus de 1700 m de montée) et des paysages enchanteurs qu’il traverse. Du turquoise des eaux du lac d’Oeschinen au bleu acier du glacier de la Blüemlisalp en passant par le gris du calcaire du col du Hohtürli, on en prend plein les yeux.

étapes

L’Oeschinensee

L’Oeschinensee, première étape de notre itinéraire du jour, est un grand classique du répertoire helvétique, avec son décor de carte postale fait de falaises verticales tombant tout droit dans des eaux turquoise. Revers de la médaille, il attire une foule de touristes qui nous doublent à bord de minibus lancés à fond de train sur la route caillouteuse.

Entre roche et glace

Passés les parasols et les barques à louer, le sentier se fait désert. Il suit le relief en pente douce avant de l’attaquer plus franchement à coup de zigzags. Le lac s’éloigne tandis que nous longeons la paroi rocheuse. Nous traçons notre route dans un panorama époustouflant fait de roche et de glace.

Le glacier du Blüemlisalp

A droite, nous dominant de toute sa hauteur, le glacier du Blüemlisalp se déroule entre les sommets dans des nuances de blanc, de gris et de bleu. Le spectacle saisissant de ses crevasses et de ses plis nous accompagnera durant le reste de la montée.

Le col du Hohtürli

Cela fait un moment que l’on voit, sur la crête, se dessiner la silhouette de la Blüemlisalphütte, mais il faudra encore s’acquitter de quelques volées de marches  pour parvenir au col du Hohtürli, puis à la cabane perchée sur la crête. Si la montée a été quasi solitaire, on rencontre alors quelques randonneurs qui, réalisant le parcours dans le sens inverse.

La descente jusqu'à Griesalp

Une part de tarte et un T-shirt sec plus tard, c’est le moment de repartir. D’autant que le temps est en train de se gâter: radieux du côté par lequel nous sommes montés, il est à l’orage dans la Kiental qui nous attend. La brume lèche la roche et estompe les reliefs. Pour la vue imprenable sur le lac de Thoune, il faudra repasser!

Texte(s): Clément Grandjean
Photo(s): Clément Grandjean

infos pratiques

Y aller

Sur la voie du Lötschberg, Kandersteg est bien desservi par le train. De Griesalp, un car postal permet de redescendre vers Reichenbach im Kandertal. Gare à ne pas le manquer: il n’y en a qu’une poignée chaque jour.

Le parcours

Compter 7 h 30 pour couvrir les 17 km de ce tracé au fort dénivelé: +1700 m et -1450 m. Quelques passages vertigineux
sont équipés de chaînes.

Se restaurer

La Blüemlisalphütte, point culminant de l’itinéraire, propose les incontournables de la gastronomie alpine. Gardiennée du 15 juin au 5 octobre. Tél. 033 676 14 37.