Âgé de 100 ans, le costume vaudois n’a pas pris un pli et se porte bien

Traditions
Traditions
Âgé de 100 ans, le costume vaudois n’a pas pris un pli et se porte bien

L’Association cantonale du costume vaudois fête son centenaire et crée un spectacle alliant danse, musique et théâtre. C’est l’occasion pour «Terre&Nature» de décrypter les spécificités de l’habit traditionnel du vigneron pour monsieur et de celui du dimanche pour madame, avec la complicité de Simone Pittet, responsable du règlement du costume vaudois.

Âgé de 100 ans, le costume vaudois n’a pas pris un pli et se porte bien

Le costume du dimanche
Murielle Arn, assistante en enseignement à Morges, revêt ici le costume féminin du dimanche, qui se portait déjà au milieu du XVIIIe siècle. Il a été remis au goût du jour en 1916, à la naissance de l’Association cantonale du costume vaudois. La taille est ajustée, la jupe et le tablier longs, l’échancrure du corsage garnie d’un fichu, les apparats réduits au strict minimum: «Pas de doute, la simplicité du costume nous rappelle que  nous sommes en pays protestant», précise Simone Pittet.

Le costume du vigneron, version danseur
François Goldenschue, 46 ans, habite à Berolle. Il danse au sein du  groupe folklorique Les Mouettes de Morges depuis une trentaine d’années. Il porte avec fierté le costume de vigneron, dans sa version danseur. Cet habit a été créé dans les années 1930 et directement inspiré de la Fête des vignerons de 1927.

Coiffe et chapeau
Le  chapeau à borne, ou à cheminée, constitue à lui seul la marque de fabrique de la tenue vaudoise. À noter qu’on le trouvait déjà sur des gravures de Reinhart datant de 1796! C’est un chapeau unique en Suisse, dont il n’y a plus qu’un seul fabricant! On raconte que sa forme spéciale lui serait venue à force d’être posé sur un échalas de vigne! La coiffe noire portée ici est en taffetas, bordée
de dentelle aux fuseaux et surmontée d’un nœud de ruban. Elle se positionne sur l’arrière de la tête afin de maintenir le chignon.

Un panier ovale
Le seul accessoire des danseurs, c’est le panier à couvercle en osier tressé, de forme ovale, d’une taille suffisante pour contenir une bouteille de vin et un saucisson. «Aujourd’hui, on y glisse le porte-
monnaie et le natel!»

Un tissu «galette» pour la robe
La jupe, qui se porte ample, est fabriquée en tissu dit «galette». C’est une matière unique, que l’Association cantonale du costume vaudois fait fabriquer à façon en Suisse alémanique. Le tissu galette est ainsi constitué de fils de trois matières et couleurs différentes. C’est l’entrelacs de coton, de laine et de viscose (auparavant, c’était de la soie) qui confère à la jupe son côté souple et brillant et lui donne ses reflets chatoyants. Le tablier en soie, sans garniture aucune, ne doit en aucun cas être brodé!

Peu de bijoux  
Le corsage se porte près du corps, parfaitement ajusté et un fichu blanc en tulle de coton vient faire office de cache-cœur, laissant peu de place aux bijoux ou aux apparats, même si c’est jour
de fête! Un simple collier de grenat agrémente le cou de ces dames – il se dit qu’un velours noir fait aussi l’affaire! Petite coquetterie: d’éventuels boutons de manchette en cristal de roche pour tenir les manches. «Encore faut-il en trouver!»

Le fameux chapeau noir
Particulièrement démocratisé grâce au concours de dégustation de vin Jean-Louis (le Chapeau noir est celui qui remporte toutes les épreuves), le chapeau du vigneron a longtemps été porté par les vignerons, au travail. Il est parfaitement rond, en feutre noir, gris ou brun, plat.

Des «tsausses à portette» pour la danse
Les pantalons de danseur, version raccourcie du pantalon vigneron, sont des culottes de lainage fin, sans ceinture, serrées au-dessous du genou. En patois, on les appelle «lè tsausse à portette», car à défaut de pigeonnier, ces culottes sont munies d’ouvertures latérales.
Le gilet fait de drap de laine, sans manche et sans col, est toujours de couleur vive et se porte ouvert sur une chemise à vastes manches faite de simple toile selon une coupe ancienne. Un petit ruban noir noué en lieu et place de cravate. Les bas blancs sont en coton ajouré et les chaussures de cuir noir munies d’une boucle doivent impérativement bien glisser!

Texte(s): Claire Muller
Photo(s): François Wavre

Bon à savoir

Spectacle à Mézières
Créée en 1916 par une poignée de dames désireuses de remettre à l’honneur un costume traditionnel, sobre et sans fioritures, l’Association cantonale du costume vaudois a perduré jusqu’à aujourd’hui. Ses 420 membres, dont une vingtaine d’enfants, sont actifs dans 18 sections sur tout le canton. Pour la première fois, 140 d’entre eux, chanteurs, danseurs, musiciens et figurants, se retrouvent sur scène pour un spectacle commun, une création théâtrale intégrant chants et danses, dont certaines ont été créées pour l’occasion par des musiciens et chorégraphes vaudois.

La prochaine représentation a lieu au Théâtre du Jorat à Mézières (VD) dimanche 26 juin à 17 h. Réservation conseillée!
+ d’infos www.costume-vaudois.ch