Adopter un perroquet et en prendre soin ne s’improvisent pas

Animaux
Les conseils de Terre&Nature
Adopter un perroquet et en prendre soin ne s’improvisent pas

Détenir un tel oiseau nécessite certaines connaissances. Une exposition organisée cette fin de semaine permettra à tous les amateurs de rencontrer des éleveurs et de s’informer.

Adopter un perroquet et en prendre soin ne s’improvisent pas

Ce week-end, le Club amateur lémanique des amis des oiseaux (Calao) organise une exposition et une bourse de vente d’oiseaux et de reptiles à Étagnières (VD). L’objectif de l’association est notamment de montrer quelles sont les conditions de détention optimales pour ces animaux, en reproduisant leur habitat naturel. Les perroquets seront tout particulièrement à l’honneur, car l’intérêt pour ces oiseaux est croissant partout en Suisse romande. «En tant qu’éleveur, j’ai de plus en plus de demandes, observe Jonathan Pellet, président du Calao. Ce phénomène va de pair avec l’augmentation des NAC (nouveaux animaux de compagnie). Les gens cherchent à détenir des animaux plus particuliers et originaux que les traditionnels chats et chiens. Le gris du Gabon est un perroquet particulièrement à la mode.» Mais les perroquets étant très difficiles à faire se reproduire, plus de personnes cherchent à en acquérir qu’il n’y a d’oiseaux à vendre.

La beauté de ces oiseaux, au plumage coloré et varié, a de quoi séduire au premier coup d’œil. Mais c’est probablement leur intelligence qui surprend le plus. «Avec un perroquet, on a vraiment de nombreuses interactions, observe l’éleveur de Lully-sur-Morges (VD). Dans la nature, chaque groupe a son propre langage. Si l’animal change de groupe, il est obligé d’apprendre un nouveau langage. Ses facultés d’apprentissage du langage humain découlent de là. Le gris du Gabon est particulièrement doué à ce jeu-là, tout comme l’amazone. Certains sont d’ailleurs capables d’utiliser les mots en fonction de la situation, comme «bonjour» ou «bonsoir» au moment opportun de la journée. Les perroquets reconnaissent chaque personne et ont des affinités plus ou moins marquées avec certains membres de la famille.»

Les conditions d’élevage jouent un rôle essentiel pour avoir un animal de compagnie agréable. «Les perroquets élevés à la main, après trois semaines passées au nid, seront plus faciles à manipuler une fois adultes, relève Jonathan Pellet. Mais pendant cette période il est essentiel de respecter certains points, comme le contact social avec d’autres jeunes et l’interaction avec différentes personnes.» Un oiseau bien apprivoisé n’en sera que plus agréable à manipuler au quotidien, car le bec puissant des perroquets peut causer de graves blessures! «Malheureusement, de nombreux perroquets sont encore détenus seuls, dans des cages trop petites. Ils s’ennuient alors et développent des troubles du comportement, notamment en s’arrachant les plumes. À travers l’association Calao, nous cherchons à informer la population sur leurs besoins.»

+ d’infos Exposition du 15 au 16 octobre à Étagnières (VD), www.calao.ch.

Texte(s): Véronique Curchod
Photo(s): François Wavre/Lundi13

L’avis de l’expert

Quels conseils donneriez-vous à un particulier qui souhaite acquérir un perroquet?
Il faut avant tout prendre le temps de la réflexion, se renseigner, conseille Jonathan Pellet. Un perroquet vit en moyenne quarante à soixante ans, soit beaucoup plus longtemps qu’un animal domestique traditionnel. Il faut être conscient que ce compagnon va accompagner le nouveau propriétaire presque toute sa vie durant. Bien choisir l’espèce en fonction de l’espace qu’on a à offrir est également essentiel. Les grands cacatoès, les aras et les amazones ont besoin d’énormément de place. Pour eux, il faut prévoir une volière extérieure. Au contraire, les gris du Gabon et les youyous du Sénégal peuvent s’adapter à la vie en appartement.

Où en acheter?
On trouve des perroquets principalement en animalerie et chez les éleveurs, rarement en refuge. L’avantage de s’adresser à un élevage est de pouvoir voir les parents du perroquet, la façon dont il a été élevé, ses conditions de détention: autant de paramètres qui jouent un rôle capital pour la santé mentale et physique de cet animal de compagnie. L’éleveur va pouvoir également conseiller le futur propriétaire sur les besoins de l’espèce.

Ces animaux conviennent-ils à tous?
Un paramètre essentiel est la disponibilité qu’on peut leur offrir, car il faut avoir beaucoup de temps à leur consacrer si on les détient en appartement. Tous les jours, les perroquets doivent être sortis de leur cage. Interagir avec eux permet de créer un lien plus fort et d’éviter qu’ils s’ennuient, ce qui pourrait être la source de troubles du comportement.

Quatre règles élémentaires à suivre

cage perroquet

 

La cage
•    Suivre les exigences légales de grandeur.
•    Stimuler l’environnement par l’apport
de branchages.
•    Utiliser des perchoirs de tailles différentes.

 

perroquets

 

Le nombre d’oiseaux
•    2 oiseaux au minimum, selon la législation.
•    Le sexe importe peu, si on n’a que 2 individus.
•    Au-delà, éviter plusieurs mâles autour
d’une femelle.

 

nourriture perroquet

 

L’alimentation
•    Mélange de graines variées de qualité,
adaptées à l’espèce.
•    Fruits frais quotidiennement.
•    Bannir les restes de table.

 

perroquet

 

La température
•    Éviter les courants d’air et l’humidité.
•    Attention aux changements de température
brusques.
•    En hiver, bâcher les volières extérieures.

Une multitude d’espèces différentes

Les perroquets font partie de la famille des psittacidés, qui compte plus de 350 espèces différentes. Ces granivores et frugivores ont la particularité d’avoir le bec court et crochu. Ils sont originaires de plusieurs contrées différentes – Amérique centrale et du Sud, Afrique, Australie, Indonésie – et fréquentent des biotopes variés: forêts, steppes et zones semi-arides. Les plus représentés en Suisse comme animaux de compagnie sont les gris du Gabon, les youyous du Sénégal, les amazones, les cacatoès et les aras. La détention de cacatoès et d’aras de grande taille est soumise à l’autorisation du vétérinaire cantonal. L’attestation de compétence délivrée à la suite d’un cours de cinq heures ou de trois semaines de stage ainsi qu’un contrôle des installations à domicile sont obligatoires.