La doctoresse des arbres

Caroline Paquet-Vannier © Alexander Zelenka
 

1. Le métier
«Mon travail consiste à mieux faire connaître le patrimoine arboré de la ville de Genève en termes de diversité et d’effectifs, que ce soit dans les forêts, dans les parcs ou en milieu urbain. La plupart des plantations faites dans les parcs datent de la fin du XIXe siècle. Une partie de ces arbres plus que centenaires est en train de dépérir. Je mets à disposition de mes collègues du SEVE des outils et des moyens destinés à évaluer leur état sanitaire et à procéder à des soins comme l’élagage ou la protection des troncs. Je m’occupe également de gérer les aspects financiers liés à l’entretien des arbres, qui est en partie assuré par des entreprises spécialisées. Enfin, le gros chantier de cette année consistera à refaire l’inventaire des 25 000 arbres que compte la ville, le dernier en date remontant à 1976.»

2. La formation
«Après mon baccalauréat, j’ai suivi une formation horticole à Angers (F) durant cinq ans. J’ai ensuite travaillé pendant sept ans dans un arboretum, à Montargis, au sud de Paris, où je m’occupais d’une collection d’arbres anciens. Depuis mon entrée en fonction à Genève, en 2007, j’essaie de suivre chaque année un module de formation continue pour approfondir mes connaissances.»

3. Les qualités requises
«Les connaissances techniques sont indispensables. Le travail avec les arbres vivants n’est pas une science exacte. Il faut à la fois beaucoup de rigueur dans l’observation et de la souplesse dans les diagnostics que l’on pose. Les capacités d’écoute sont également très importantes, car j’ai pour première tâche d’apporter des solutions concrètes à mes collègues.»

4. Les inconvénients
«Je travaille à la croisée du technique, de l’administratif, du politique et du financier. Les besoins des arbres ne s’accordent pas toujours avec autant de calendriers.»

5. Les débouchés
«Je pourrais travailler dans un bureau d’études en environnement, que ce soit pour réaliser des expertises d’arbres, des projets d’aménagement ou des choix de plantations.»

Alexander Zelenka

Terre&Nature, le 22 mars 2012

+ D’INFOS

www.ville-geneve.ch

 

bonasavoir.png

Agricultrice bio pendant le week-end

Agée de 38 ans, Caroline Paquet-Vannier est mariée à un agriculteur et mère de deux enfants. Employée à 80%, elle consacre la majeure partie de son temps libre à sa famille. Du vendredi au dimanche, elle travaille aux côtés de son époux sur une exploitation entièrement bio, à Prévessin (F), dont le revenu principal provient de la vente de paniers de légumes à des ménages de la région. Cette Bretonne d’origine est également membre du bureau de l’Association pour le maintien d’une agriculture paysanne du Pays de Gex, fondée par son mari.
 

Derniers articles "Nature"

07.07.2014 Les mâles sacrifiés pour la bonne cause (4/4)

Cette semaine: marquage de reines, cueillette d’essaim et découpe de cadre à mâles.

24.06.2014 Un expert qui sait tout des maisons écologiques

Depuis quinze ans, le standard Minergie valorise les bâtiments les plus économes en énergie. Stéphane Guex est l’un des quatre ingénieurs à accorder cette certification en Suisse romande.

18.06.2014 200'000 abeilles et leurs quatre voleurs (3/8)

Troisième volet de notre chronique apicole. Le moment est venu de récolter 
le premier miel 
de l’année.

Derniers dossiers "Nature"

Le Vanil-Noir © Olivier Born

Les réserves naturelles romandes recèlent des trésors de faune et de flore que notre photographe Olivier Born nous présente en sept étapes.

Dossier: environnement © Olivier Born

Existe-t-il des solutions pour respecter notre planète et la nature qui la compose ? Découvrez notre dossier spécial environnement.

Le photographe vaudois Thierry Grobet © Olivier Born

Une série spéciale consacrée à ces Romands qui oeuvrent pour la protection de la nature à l'étranger.

 

Agenda des manifestations

Galerie photos

Couverture Terre&Nature

Concours