Comment débuter un élevage de lapins

Comment débuter un élevage de lapins © Olivier Born
 

Les lapins ne sont ni des objets à offrir ni des jouets, avertit d’emblée la fédération Petits Animaux Suisse. Ce sont des êtres vivants qui requièrent une relation pleine de responsabilité. Quand on achète ou adopte un lapin on s’engage pour dix ans au minimum.

Avant d’entreprendre quoi que ce soit, il faut s’assurer d’avoir assez de connaissances et notamment se renseigner sur les prescriptions légales pour détenir des lapins. On doit pouvoir consacrer assez de temps pour s’occuper des animaux et leur prodiguer les soins nécessaires chaque jour.

La place à disposition est-elle suffisante? Les voisins sont-ils d’accord avec mon projet d’élevage? Dans tous les cas, il vaut mieux leur en parler avant d’installer quoi que ce soit.
En cas d’absence ou de maladie, qui s’occupera de mes lapins et cette personne est-elle suffisamment instruite pour le faire? Puis-je supporter les dépenses liées à la détention des bêtes (voir encadré bon à savoir): voilà quelques réflexions indispensables avant d’acheter un animal. Garder des lapins, ce n’est pas seulement les observer. Il faut les nourrir une ou deux fois par jour, évacuer le fumier chaque semaine, soigner les ongles, etc. C’est donc aussi un investissement en temps. Pour toutes ces raisons – et si l’on est dans le doute – il vaut la peine de rencontrer un moment un éleveur confirmé qui pourra donner de bons conseils. Il faut se souvenir aussi que le poids et la taille des lapins déterminent les dimensions de la cage ou du box.

Enfin, les lapins nains ne sont pas forcément adaptés aux enfants. Même s’ils sont craquants et petits, ils ont souvent beaucoup de tempérament.

Pierre-Alain Cornaz

Terre&Nature, le 22 septembre 2011

+ D’INFOS:
Site de Petits Animaux Suisse:
www.kleintiere-schweiz.ch
Site proposé par l’Office vétérinaire fédéral: www.monanimaljenprendssoin.ch
 

bonasavoir.png
 

L'avis de l'expert

Avec combien de bêtes faut-il commencer?
 
«On conseille généralement d’acquérir un mâle et deux femelles, souligne Michel Gruaz, éleveur à Vufflens-la-Ville (VD) et membre du comité de Petits Animaux Vaud. Il est aussi possible de débuter avec deux femelles que l’on fera accoupler chez un éleveur expérimenté détenant la même race.»

Est-il obligatoire de faire partie d’une société d’aviculture?

« Non, mais cela apporte beaucoup d’avantages en matière de conseils et de soutien. On apprend un maximum de choses et on évite de faire des expériences douloureuses, pour les bêtes comme pour soi. Souvent, il y a collaboration entre éleveurs lors d’absences ou vacances.»

Qu’est-ce qu’il ne faut surtout pas faire?

« Ne pas vouloir tout de suite détenir trop de bêtes, mais apprendre plutôt à faire preuve de patience. S’il y a trop de travail, on peut se dégoûter rapidement. Eviter d’acheter à tout moment de nouvelles bêtes en pensant progresser plus vite. L’élevage est une activité en symbiose avec la nature, laquelle dicte ses règles. Mais c’est aussi une bonne école de vie.»
 

Les principaux frais occasionnés

● L’investissement financier dépend de la race choisie (notamment sa taille à l’âge adulte) mais aussi du nombre de bêtes que l’on souhaite garder. Si l’on part de l’idée que tout doit être acheté, un petit lapin peut coûter de 30 à 50 fr. environ chez un bon éleveur. Un box avec bac coûte environ 120-180 fr. dans une animalerie. Pour un parc installé au jardin il faut compter au moins 400 fr. A cela s’ajoute la location ou la construction d’un local pour abriter ses animaux en hiver. Foin, paille, litière: compter environ 2 fr. par mois et par lapin. Aliment concentré: environ 1 fr. 50 par lapin/mois. Tenir compte de quelques dépenses comme coupe-griffes, brouette, pelle, balai etc.
● Avant de commencer un élevage, il faut déterminer à l’avance où on pourra se procurer l’aliment concentré, le fourrage vert, le foin mais aussi la litière et la paille.
● Détention isolée, en groupes, en clapier ou enclos extérieur… Il n’y a pas qu’une seule manière de détenir des lapins. Elle dépend des buts d’élevage, de la place, du temps que l’on peut consacrer à ses bêtes et surtout des animaux eux-mêmes.
 
 

Quatre points importants pour bien commencer

 
trp_20090131-174225_lapin71.jpgL’alimentation
Le foin et l’eau sont à la base de la nourriture des lapins. Avec des compléments minéraux qu’on trouve souvent sous forme de granulés (céréale, luzerne, tourteau de soja, par exemple). Ils ont besoin de cellulose (au moins 14% de l’alimentation) comme lest et pour éviter les diarrhées.

 

 
 
 
 
img_0370_redimensionner1.jpgLes boxes ou cages
Les boxes seront assez grands, conformément à l’ordonnance sur la Protection des animaux de 2008. Il faut pouvoir protéger les animaux des intempéries. Les lapins disposeront d’assez d’air et de lumière (pas de courant d’air!). S’assurer que les cages ou boxes vendus dans le commerce soient de la dimension exigée.
 
 
 
litiere.jpgLa litière
Elle peut être composée de paille de blé, d’orge, d’avoine (triticale ou chanvre), tourbe, laine de bois, un peu de sciure. Pour un box individuel, il faut compter une évacuation (compost ou poubelle) chaque semaine. Contrairement au chat, les lapins s’habituent généralement bien à un changement de litière.

 

 
 
 
race1.jpgLa race
Difficile de conseiller une race plutôt qu’une autre. Mais si l’on veut se lancer dans l’élevage (c’est-à-dire la reproduction) et participer aux concours organisés par les sociétés d’aviculture et de cuniculture, on choisira au début une race unicolore comme ici un bleu de Vienne.
 
 
 
 

© Photos EricBernier/Michel Gilliaz

Derniers articles "Animaux"

14.08.2014 Comment accueillir un 2ème félin

Faire cohabiter deux chats ayant eu des parcours de vie bien différents n'est pas toujours simple. Mais pas impossible! Explications d'un vétérinaire-comportementaliste.

14.07.2014  Peut-on prendre un chien à vélo?

Avec les beaux jours, rien ne vaut une escapade 
à vélo, à scooter ou à moto. Et pourquoi ne pas en profiter pour embarquer avec soi son chihuahua, son yorkshire ou son jack russell? Certaines précautions sont toutefois de rigueur.

19.06.2014 La gale du renard s'étend et menace aussi les chiens

Si la Suisse est 
exempte de la rage, 
il n’en va pas de 
même pour la gale. Cette maladie est en 
expansion chez les renards, qui peuvent la transmettre aux chiens. Qu’en est-il 
en Suisse romande? Eclairages.

Derniers dossiers "Animaux"

Dossier: Apiculture © Olivier Born

Reine d'un jour, reine de toujours, l'abeille nous invite à butiner ce dossier spécial à sa rencontre. Sociale ou solitaire, sauvage ou domestique, mielleuse ou piquante: elle mérite bien de faire le buzz sur terrenature.ch!

Dossier vétérinaires © Olivier Born

La Société des vétérinaires suisses fête en 2013 ses 200 ans. L'occasion pour Terre&Nature de vous présenter chaque mois un aspect de cette profession variée et passionnante.

Dossier aquarium © Eric Bernier

Vous avez envie d'un aquarium peuplé de beaux poissons et coraux? Voici quelques suggestions.

Galerie photos

Couverture Terre&Nature

Concours